Malia Obama : Elle fait craquer des mecs

Malia Obama par Meg Stewart via Flickr, CC

Malia Obama par Meg Stewart via Flickr, CC

Beaucoup des jeunes Africains rêvent un jour de la marier. Elle, c’est la fille aînée du président Américain Barack Hussein Obama, Malia Ann Obama. Les lettres alphabétiques initiales de son forment celui d’un révolutionnaire Chinois : MAO (Tsé Toung). Elle est née le 04 Juillet 1998. Des faux comptes et sites web ont été crée sur internet en son nom. C’est la vitrine adéquate pour mesurer le degré du courage de ces jeunes qui osent rêver de l’épouser un jour.

Tout commence dans la tête. Ces jeunes basent leur chimère sur le fait que le président Américain est le rêve de Martin Luther King. « Si Obama y a cru et est président aujourd’hui, confie un jeune, je suis convaincu d’avoir sa fille. J’y crois et j’y arriverais. » C’est la première étape.

Ensuite, il faut nourrir sa vision. Ces jeunes le font en lançant le débat avec leurs amis et camarades.  Ils défendent vaillamment leur rêve. Souvent, les discussions finissent sans consensus. Chacun garde sa position initiale. Cette apparente victoire les remplis de l’assurance nécessaire pour entamer la troisième et dernière étape. Prise de contact.

C’est ici que beaucoup s’égarent. Les imprudents se laissent même avoir.

Quand on parle de l’internet, on croit que tout y est. Cette idée est erronée. Sur internet il n’y a que ce qui y a été mis. Un petit exercice de réflexion le confirme. Essayer d’y chercher ce qui s’est passé ce matin dans votre maison, photos à l’appui. Vous n’aurez probablement aucun résultat exact. Essayer peut être de chercher le nom de votre arrière grand-mère et ses photos. Si elle ou quelqu’un d’autre de la famille ne les a jamais up load, aucune information sur elle ne sera trouvée.

Sans réfléchir à ceci au préalable, des jeunes ambitieux lancent des recherches sur Malia Obama sur des réseaux sociaux ou moteurs de recherches. Ils sont surpris de voir un compte youtube (purplemaze08), 2 comptes twitter (@purple_malia13 et @purple_lia), un blog, un adresse e-mail (maliaannobama12@gmail.com ) et beaucoup d’autres comptes sur des réseaux sociaux comme facebook. Il y en a qui publient des informations avec un style privé. Informations parfois eu des offs de la maison blanche et parfois inventées. Ce qui séduit encore plus ces jeunes Africains.

 Ces jeunes s’empressent alors à vouloir être malin envers le plus malin qu’eux. Ils commencent par des messages simples comme « Bonjour, Malia. Je suis XYZ depuis l’Ouganda. Ton père est un héros pour moi. Je veux qu’on soit amis. Ajoute-moi s’il te plait. » Parfois il y a des réponses, parfois non.

Après passent par des paroles doucereuses. Certains proposent directement le mariage à ces faux comptes internet. J’insiste que c’est faux suite aux déclarations de la première dame Américaine, Mitchelle Obama. Elle a dit à une revue de la place que ses filles n’ont aucun compte sur internet pour éviter de les exposer. En plus, tout ce qu’elles y mettraient rejaillirait directement sur le président Barack Hussein Obama (des informations de la vie privée, des décisions familiales, la sécurité de l’Etat, etc.). Il y a même un jeune palestinien qui a écrit à l’un des faux comptes facebook : « Je sais que ça sera difficile. S’il te plait, essaie quand même de convaincre ton père de retirer ses drones. »

J’ai personnellement tenté d’entrer en contact avec Malia Ann Obama pour avoir son opinion à ce sujet. Malheureusement, mes contacts à la maison blanche n’ont pas su la persuader de me répondre.

Il m’est donc difficile de vous dire si elle rêve un jour de se marier à un Africain, à l’un ses collègues de classe qui la veulent aussi, ou à quelqu’un d’autre. Mais ce qui est vrai, le président Américain est très jaloux de ses filles (Malia et Natasha qu’on appelle aussi Shasha). C’est tout à fait naturel pour un père qui aime ses filles.

 Attention ! Le rêve est permit à tout le monde, mais ce n’est pas tout le monde qui vit ses rêves.

Par Gaïus Kowene

Vivre de son blog: mythes et réalités

Toutes les mythes et réalités sur comment vivre de son blog

Toutes les mythes et réalités sur comment vivre de son blog

Aujourd’hui dans le monde, l’internet a pris une place de choix dans la vie de l’homme. Le monde est maintenant transformé en un petit village. Il est possible de rencontrer des gens, sans les rencontrer en vrai. Un Africain peut travailler en Europe sans avoir besoin d’y être physiquement. Des associations et entreprises virtuelles existent sur la toile et y font leur business sans avoir besoin des locaux sophistiqués. Il y a de ces gens qui passent beaucoup de temps à blogguer sans rien gagner. D’autres disent vivre du temps qu’ils passent sur internet. La question qui se pose est : peut-on vraiment vivre de son blog ?

Des jeunes dans le monde ont des projets de création des blogs ou même site web. D’autres l’ont déjà fait. Leur rêve est qu’ils arrivent un jour à vivre de ça. Mais hélas, beaucoup finissent par les jeter dans les oubliettes. Ceci suite à ce qu’ils appellent des « réalités » qu’ils rencontrent.

Tout d’abord, si je me permets de répondre rapidement à la question posée en introduction, ma réponse serait difficilement. Difficilement par ce que beaucoup croient qu’avoir accès à la connexion internet suffit pour vivre de son blog. Un ami à qui j’ai posé la question de savoir comment il pense vivre de son blog m’a dit : « Tu sais, j’ai des contacts avec des personnes qui peuvent  nous donner leur publicités et ils paieront pour ça. »

C’est vrai, ils paieront, mais combien ? Mettre une publicité sur internent ne signifie pas que cette publicité va commencer à ravitailler votre compte bancaire automatiquement. Bon, ça dépend aussi du type de contrat que vous allez signer avec cette personne. Si elle est sous informée, elle vous paiera pour le simple fait d’avoir placé son pub sur votre blog. Un connaisseur vous dira quoi ? « Je vais te payer selon le nombre de clicks et sur le pourcentage de ce que ces internautes m’auront payé. » Tu vois ? Ça commence à devenir compliqué.

Prenons un exemple de toi-même. Combien des publicités vois-tu sur internet ? Sur combien cliques-tu ? Et grâce à combien achètes-tu en ligne ? Et pour la plupart des cas, les cliques ne rapportent pas beaucoup, mais plutôt des montants souvent inférieure à un dollars Américains.

Il n’y a pas que la publicité. Il y a aussi la vente des liens (commissions) et les articles sponsorisés (campagnes). Pour la vente des liens, c’est un peu comme la publicité. Vous mettez des liens de certains sites et ils vous payent par cliques. Soit, vous pouvez y mettre des liens de vente des livres. Une fois qu’un internaute achète le livre à partir de votre blog ou site, vous avez un certain pourcentage. Reste encore à voir combien ! Pour les campagnes et articles sponsorisés, c’est là ou on essaie un peu de gagner quelque chose par rapport aux autres moyens. Il y a des campagnes lancées dans le monde sur tel ou tel autre thématique, on invite les bloggeurs à y rédiger 200, 250 et parfois 500 mots dans leurs blogs. Et avec ça, on vous paye entre 50 et 200 Euros. Pensez-vous que vous pouvez vivre de ça? Tout d’abord, combien vous coute l’entretient de votre blog pour qu’il soit attrayant (hébergement, design, mise à niveau, installation des nouvelles applications, gestion de votre newsletter, etc…) ? De combien avez-vous besoin pour vivre par jour (manger, logement, transport, soins de santé, impôts, transport, communication, offrandes, charges familiales, loisirs, etc…) ?

Vous fabriquerez peut-être vos propres objets à vendre sur ce blog, pensez-vous vraiment qu’ils feront bonne vente pour vous faire vivre ?

Et s’il faut penser à un sponsor extérieur, c’est bien. Alors, ici, vous avez deux possibilités : soit vous vous transformez en propagandiste à la solde de votre bailleur de fond soit carrément vous laissez tomber votre blog pour son job. Prenons le premier cas.

Ce financier vous obligera à publier ce qui lui plaira lui, pas ce qui intéressera vos lecteurs ou ce dont ils ont vraiment besoin. Résultat, personne n’aura le gout de vous lire. Sauf, les pros votre financier.

Pour le deuxième, ça commence de cette façon. Au départ, vous allez vous dire : « Je vais chaque fois bosser la journée et la nuit ou les weekends j’écrirais pour mon blog. » Bien ! Ça c’est l’illusion que moi-même j’avais. Mais à un certain moment, vous devez choisir qui sacrifier. Souvent c’est votre blog ou site, sous prétexte que vous le relèverez des que votre job vous en donnera les moyens. Mais c’est faux.

Je vous donne mon exemple. Il y a de ces articles que je trouve très intéressant pour mes lecteurs. Mais, tel partenaire me contacte directement par mail ou par téléphone et dit : « Gaïus, J’ai besoin d’un article sur ceci ou cela. Si tu peux me l’envoyer le plus tôt serait le mieux.» C’est exactement l’article que je préparais pour mes lecteurs. Là, le cœur ne bat pas deux fois. Le choix est clair. Parfois, il n’y a même pas de coup de fil, mais mes propres raisonnements. Je commence par rédiger un article. Une fois fini, je me dis : « Si je proposais cet article à tel partenaire, j’aurais autant d’euros de plus dans mon compte bancaire. » Et là, je change directement d’avis.

Bon ! On n’est pas là que pour des anecdotes. Revenons à nos moutons !

De façon franche et claire, il est vrai qu’on peut gagner un peu d’argent grâce à son blog ou site web. Mais en vivre est une autre chose. Même des grands du domaine vous le diront. A moins que votre blog ou site web ne fasse partie d’un projet financé. L’argent viendra donc de vos bailleurs de fond du projet, pas des revenus de votre site web. Et surtout que les revenus ne sont pas à confondre aux bénéfices.

Chers confrères bloggeurs, je ne vous décourage pas dans vos initiatives. Le monde d’aujourd’hui a besoin des jeunes pleins de créativité comme vous. Mais, j’ai juste voulu vous faire une idée exacte du monde dans lequel vous voulez lancer. Je voulais vous éviter des surprises et désillusions tragiques. Vous me parlerez peut-être du facebook de Mark Zuckerburg (J’ai toujours eu du mal à écrire ce nom). Mais rappelez-vous qu’il n’était pas le seul étudiant de son université ou des USA. Il n’était pas le seul à avoir initié des trucs pareils. Pourtant, il est le seul à avoir réussit aujourd’hui jusqu’où il est. Et les autres ? Etaient-ils moins intelligents que Mark ?

Par Gaïus Kowene

Alerte: Sauves cette vie!

Une petite fille âgée de 3 ans, du nom  d’Esther risque la mort.

Elle est atteinte d’une tumeur très dangereuse au niveau de son vagin. Les scientifiques l’appellent « Rhabdomyosarcome embryonnaire ». Ses parents ne disposent pas des moyens pour lui assurer des soins de qualité. Son père est un maçon et sa mère est sans emplois.

Par respect pour les plus sensibles, j’ai préféré flouter ces images, ne cliquez pas dessus si vous faites partie de ces derniers.

Cette fillette de 3 ans, Esther de Goma, RDC, doit être opéré pour avoir la vie sauve.Aidez-la

Cette fillette de 3 ans, Esther de Goma, RDC, doit être opéré pour avoir la vie sauve.Aidez-la

EstherL’année passée, elle a été opérée gratuitement grâce à un projet de l’hôpital Heal Africa. Malheureusement, la maladie réapparait. Elle est présentement internée à l’hôpital Doctors On Call for Service, DOCS, à Goma. Le médecin John Inipavudu, de DOCS, fait savoir qu’elle ne peut pas avoir des soins appropriés en RD Congo. D’où, la nécessité d’un transfert à l’étranger.

Débordée, la mère d’Esther a lancé à travers les médias locaux un S.O.S. Elle sollicite la contribution, petite soit-elle, de tout le monde. Tout le monde peut faire quelque chose pour sauver cette vie. La communauté des internautes de la ville de Goma s’est mobilisée pour prendre action. Des messages sollicitant la charité sont diffusés sur différents groupes sur facebook et dans des blogs Gomatraciens. Et vous ? Ne soyez pas indifférents. Faites quelque chose!

Pour savoir comment faire parvenir votre assistance à cette fillette, appelez le +243 81 26 23 734, le +243 99 400 48 69 ou envoyer un mail à eugenemira@gmail.com .

Vous pouvez aussi vérifier l’information au près de l’hôpital DOCS en appelant le +243 997739299 ou par mail à wenepa@yahoo.fr

Par Gaïus Kowene

//

Exclusif: Interview avec le porte-parole du M23 la veille de la reprise des negociations

Porte parole politique du M23 à la conférence de presse de ce 03 Janvier à Bunagana

Porte parole politique du M23 à la conférence de presse de ce 03 Janvier à Bunagana

J’ai pu rencontrer Bertrand Bisimwa, porte-parole politique du M23 pendant leur conférence de presse à Bunagana. Il a accepté de m’accorder une interview dont voici un extrait. Je regrette que le debit faible de ma connexion internet ne m’a pas permis de le mettre sur sound cloud. Mais vous pouvez le télécharger en cliquant ici

http://www.tunescoop.com/play/313534313239/interview-bisimwa-negociations-mp3

Gaïs Kowene