RDC : La population civile, encore et toujours victime

M23 Troops Bunagana 2 par Al Jazeera English, CC

M23 Troops Bunagana 2 par Al Jazeera English, CC

Plus de 4 morts, 60 blessés et plusieurs maisons incendiés : C’est le bilan provisoire des affrontements de ce Mercredi 27 Février 2013 à Kitshanga, dans le territoire de Masisi, opposant l’armée régulière à la milice APCLS (Armée Patriotique pour un Congo Libre et Souverain). L’ APCLS est un mouvement maï-maï d’auto-défense actif dans cette partie de la RD Congo.

Ces affrontements ont occasionnés un déplacement massif de la population. Une partie a trouvé refuge près de la base de la mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RD Congo, MONUSCO. Leur nombre exact n’est pas encore connu. Dans un avenir proche, des humanitaires présents dans la zone seront évacués.

3 jours avant, ce sont deux factions du mouvement rebelle M23 qui ont échangé des tirs. Pouvoir et argent, bref, leadership serait à la base de ces dissensions. Ici encore, six civils ont perdu la vie, nous renseigne le bureau des Nations Unies pour la coordination des Affaires humanitaires, OCHA. Le lendemain, l’une des factions a pris le contrôle de Rugari, localité située à 30 km au Nord de Goma. Elle y a érigé une barrière de péage. Le président du M23, Jean Marie Runiga Lugerero est destitué de ses fonctions par le commandement militaire de ce mouvement rebelle.

Les agences et systèmes des Nations Unies y arrêtent momentanément leurs activités.

Rappelez-vous que 11 Chefs d’Etats Africains ont signé Dimanche 24 Février 2013 un accord cadre pour éradiquer ce problème. Cet accord cadre donne au conseil de sécurité de l’ONU un feu vert pour accorder un mandat précis à la force internationale neutre. Celui de la MONUSCO sera probablement renforcé.

Un autre complément dans ce dossier est que les aéronefs sans pilotes, qu’on appelait drones, seront bel et bien envoyés pour surveiller la frontière Rwando-Ougando-Congolaise. Sauf que ces drones ne pourront tirer aucun coup de bal, si ce n’est livrer des informations en un temps record. Ces informations permettront de planifier des opérations militaires plus efficaces.

Par Gaïus Kowene

Goma: Prudence s’exige!

Après 18heures, il est difficile de trouver une moto taxi. Les motards sont prudent face à la recrudescence de l’insécurité dans la ville de Goma, à l’Est de la RDC. Ils refusent desormais de transporter plus d’une personne sur la moto, comme l’a conseillé le maire de la ville, Naasson Kubuya. Fiston Mushagalusha, taximen du rond point Rutshuru explique: « La plupart de ces bandits armés ont une description identique. Ils sont habillé en pantalon Jeans, avec des pantoufles et des jackettes. » Meme des charitables qui aidaient ceux qui font l’auto-stop (communement appelé LIFT) ne le font plus. Les jeunes se precipitent de rentre à la maison et à 19heures, les routes sont presque desertes. Pour eviter d’etre victime des fusillades, chacun prend ses precautions. Ceci, malgré que la police avait presenté devant le ministre national un groupe des presumés criminels qui causeraient la terreur ces derniers temps dans la ville de Goma.

Par Gaïus Kowene