RDC: la victoire militaire kidnappée!

Des politiciens congolais ont kidnappé la victoire militaire des forces armées de la RDC, FARDC sur les rebelles du M23. Ils en profitent pour leurs intérêts personnels.

Par Gaius Kowene

L'armée Congolaise célèbre sa victoire militaire sur les rebelles du M23

L’armée Congolaise célèbre sa victoire militaire sur les rebelles du M23

« Nous demandons aux populations des zones occupés de se préparer déjà à nous accueillir et hisser le drapeau du Congo. » – Colonel Olivier Hamuli, porte-parole des FARDC

« J’ai rencontré des militaires sur la route de Bunagana. Ils m’ont promis d’en finir avec la rébellion du M23. » – un habitant de Rutshuru

Quelques jours après ces messages, l’armée Congolaise appuyée par la brigade d’intervention de l’ONU chasse les rebelles du M23 de leurs derniers bastions, Chanzu et Runyoni.

 

Ce coup attire les medias qui couvrent cette guerre depuis deux décennies. A côté d’eux, des politiciens.

D’abord, les députés nationaux, « fils du terroir. » Juste après les élections législatives, ils sont partis à l’hémicycle pour y apprendre la vie de luxe : concerts musicaux, voiture qui coutent chers, grosses dépenses inutiles, etc…

Jamais ils ne sont venus consulter leurs bases avant de prendre la corruption pour voter une motion. Jamais ils ne sont venus encourager les militaires au front, ni leur apporter une assistance.

D’ailleurs, certains de ces politiciens sont derrière des groupes armés qui écument l’Est de la RDC, comme le témoigne l’un d’eux.

Maintenant que l’armée a gagné, c’est le moment pour eux de se bousculer et d’organiser des visites à la base, voler un peu du succès des FARDC.

Autre chose qui me tique, même le président Joseph Kabila tombe dans le piège.

Avant son arrivée, des ministres visitent la région, des « missions » de travail qui ont couté beaucoup des millions. Pourquoi ne pas rester dans la capitale Kinshasa et ajouter cet argent comme prime d’encouragement à ces militaires et à leurs familles ?

Vient ensuite une méga délégation du chef de l’Etat pour préparer sa visite. Que des dépenses !

Je croyais même qu’après sa visite les militaires pourront sourire. Mais, croyez-moi, ça n’a pas été le cas !

J’étais un soir à la rédaction de la radio Mutaani FM, quand un militaire vient demander qu’on parle de leurs arriérées de solde comme les festivités de fin d’année approchent !

Pourtant, ce sont ces gens qui se sont battu, essuyant des tirs des rebelles et souffrant des éclats des explosifs sur la ligne de front ! Pourquoi ceux qui étaient bonnement dans leurs bureaux climatisés se sont fait autant d’argent, mais, pas les acteurs même de cette victoire ?

Les politiciens devraient plutôt annuler ces missions et visites touristiques inutiles et donner cet argent à l’armée !

Bon, sur ce point-là, je reste quand même prudent. Il y a armée et armée. Qui sait si l’argent envoyé aux militaires est tombé en venant de Kinshasa parce que l’avion était troué ?

#Goma: des explosifs tombés en pleine ville

La guerre aux environs de la guerre a des répercutions sur la ville, répercutions qui accentuent la psychose de la population.

Trajectoire de l'explosif tombe au quartier Mabanga Nord, dans la ville de Goma (credit photo: Gaius Kowene)

Trajectoire de l’explosif tombe au quartier Mabanga Nord, dans la ville de Goma (Credit photo: Gaius Kowene)

Le soir de ce lundi 22 Juillet 2013, 3 bombes sont tombées dans la ville de Goma, dans l’Est de la RDC. Deux au quartier Mabanga et une autre au quartier Majengo.

Bien qu’aucune perte humaine, ni de dégât matériel considérable n’ai été enregistré, la population se dit trop inquiète.

Ecouter et télécharger les témoignages de la population et la traduction en Français.

Quelques minutes après, le Major Yoga Moise, commandant de la PNC dans la ville de Goma est descendu sur les lieux avec son équipe pour constater les faits. C’est après qu’un lieutenant des FARDC a pris l’un des roquettes multiples de type russe et l’a jeté dans une toilette a proximité.

Ecouter et télécharger l’interview du Commandant de la police en ville de Goma.

Des agents de UNMag sont arrivés sur place et ont fixé un périmètre de sécurité pour éloigner la population du danger.

Vu a vol d'oiseau de la Maison touchee par l'explosif dans la ville de Goma

Vu a vol d’oiseau de la Maison touchee par l’explosif dans la ville de Goma

Selon un officier des FARDC ayant étudié la balistique, ces bombes Canon 106-107 millimètres pèsent 35 kilogrammes et peuvent causer des dégâts énormes en cas de mauvaise manipulation en pleine ville.

Le commandant de la Police ville de Goma a appelé la population a la prudence et surtout au calme et assure que tout est sous contrôle des services de déminages de UNMAG.

Quant au lieutenant des FARDC qui l’a jeté dans les toilettes, des mesures disciplinaires sévères devront être prises dans les jours avenir par sa hiérarchie.

PS: Selon les dernières informations en notre possession, le service de déminage des Nations Unies UNMAG a réussit le même lundi soir à récupérer l’explosif jeté dans les toilettes. Il n’y a donc plus aucun danger pour la population.

Par Gaius Kowene

Goma: L’art vaincra-t-il les armes ?

Des jeunes de Goma en pleine séance d’échanges culturelles.

Des violents affrontements ont lieu à Kibumba, localité située à moins de 30 kilomètre de la ville de Goma, dans l’Est de la RDC. Des déplacés affluent en masse vers le Rwanda, l’Ouganda et dans des camps des déplacés environnant la ville.

Des chars de combat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation de la RD Congo (MONUSCO) sont visibles dans des coins stratégiques de la ville de Goma. La manifestation des épouses des militaires morts au front le matin n’a fait qu’empirer la psychose, paralysant toute les activités dans la ville de Goma.

Toutefois, une vingtaine des jeunes Gomatraciens ont profité de cette occasion pour réfléchir sur le chaos sécuritaire qui prévaut et ce qu’ils peuvent faire. La projection d’un film court-métrage prévue pour ce samedi, a été reportée pour le week-end prochain. Le débat était ouvert, avec des hélicoptères de la Monusco dans le ciel, signe de la fragilité de la sécurité. C’était au centre de création artistique et échanges culturel Yolé!Africa.

Ces jeunes ont tout d’abord voulu comprendre la cause de cette guerre infernale (cycle ininterrompue) dans l’Est de la RDC, en province du Nord Kivu.

Ils ont brossé un brève historique de la guerre depuis 1996, décrié la complicité de certains membres du gouvernement et formulé des recommandations. Ils ont fait remarquer que condamner seulement le Rwanda revient à distraire la population pour oublier les grandes puissances qui sont derrières. Ils ont proposé utiliser leur art pour sensibiliser leurs paires à se désolidariser des groupes armés, à parler aux autorités tant nationales qu’internationales.

Pour le centre de création artistique et échange culturel Yolé!Africa, ni cette guerre, ni le chaos sécuritaire ne devraient pousser à céder à la panique. Depuis plus de 10 ans, cette initiative autonome encadre les jeunes et leur offre des formations gratuites dans différentes discipline artistiques et un cadre d’échanges pour ceux-ci.

Pour le moment, la population Gomatracienne est dans une confusion totale, ne sachant pas faire confiance au Gouvernement, à la communauté internationale ou aux rebelles opportunistes. Yolé!Africa et ces jeunes artistes se disent déterminés à vaincre la guerre par l’art.

Par Gaïus Kowene