5 cadeaux pour s’assurer une année réussie

Nature

Par Gaius Kowene

En cette période de fin d’année, je vois beaucoup de personnes faire le bilan des 12 mois passés. Dans tous les cas, il y a des hauts et des bas, des réussites et des échecs.

C’est surtout le moment de faire des résolutions pour l’année qui va commencer. Ce moment où l’on se promet de changer, de s’améliorer, bref, de passer à la vitesse supérieur. Malheureusement, les études montrent que 88% de ces résolutions échouent.

Bon, là n’est pas mon problème !

Que vous réussissez ces résolutions où pas, vous pouvez toujours vous assurer une année réussie, pleine de bonheur et surtout des miracles.

Des miracles ? Oui, des miracles ! Je ne veux pas parler de religion ou quelque chose de pareil. Je veux plutôt parler de ces occasions ou l’univers entier agira de façon inattendue en votre faveur, pour rendre vos désirs les plus fous réels.

Donc, déjà pour commencer, voici les 5 cadeaux que je vous propose d’offrir des maintenant et pour le restant de votre vie. C’est gratuit, mais vous rembourse au centuple.

1. Donnez l’amour

Je ne veux pas rentrer dans des définitions livresques expliquant ce qu’est l’Amour. Je comprends l’Amour comme un sentiment profond, je veux dire qui va au delà de l’affection et de l’attachement à un être ou un objet. C’est le plus beau, grand et meilleur cadeaux que vous puissiez donner en cette période et tout au long de votre vie restant !

Je vous invite donc à être Amoureux (avec A majuscule). Une question me traverse la tête : pourquoi limiter votre amour à un individu, un groupe d’individu ou des choses alors que vous pouvez l’offrir à tout l’univers ? J’ai bien dit l’Univers hein ! Pas seulement à la planète terre. Aimez la vie, aimez sincèrement les gens sans préjugés. Je veux dire, ressentez cet amour au plus profond de vous et relâchez-le !

Offrez votre Amour régulièrement et vous recevrez autant ! Vous vous imaginez ce dont un homme est capable pour une femme qu’elle aime vraiment ? Eh bien l’univers, je répète bien l’univers et non la terre, est capable de beaucoup plus pour vous si vous abondez en Amour !

Allez, donnez l’amour, le vrai amour sans préjugé ni arrière pensée ! Sans rien attendre de retour ! Aimez tout, même vos bêtises, vos échecs, vos insuffisances, vos ennemis ! Juste, aimez ! Et l’univers sera votre complice ! Les gens autour de vous diront que vous avez de la chance et d’autres que vous êtes devenu sorciers. Ne croyez pas en ce que je viens de vous dire ! Testez et vous m’en direz des nouvelles !

Choisir entre la peur et l’amour. Une vidéo de Lilou Macé

2. Donnez l’attention

Quand je parle de l’attention, je me souviens du roman La solitude du Vainqueur de Paulo Coelho, où l’un des personnages assassine une fille innocente en pleine rue. Mais, comme c’est chacun dans son chacun, personne ne l’a vu. Les gens étaient occupés à faire leurs affaires sans accorder l’attention à leur environnement. Un garçon était concentré à écouter de la musique sur son ipod avec écouteur, un couple des vieillards étaient trop occupés à se faire des témoignages d’affections, etc… et quelqu’un mourait juste a coté !

Si vous ne le saviez pas, vous ne faites pas partie d’un environnement quelconque ! Vous êtes cet environnement ! Si vous vous permettez de l’ignorer, vous serez surpris par tous les coups bas que vous recevrez de lui !

The real you, qui êtes vous réellement? Un vidéo d’Alan Watts

Donc, l’autre cadeau que vous pouvez offrir en cette période et le restant de votre vie est bel et bien l’attention !

Accordez de l’attention à toutes ces personnes qui en ont besoin autour de vous ! Pas seulement aux personnes bien sapés ! Même à ces personnes que tout le monde évite, offrez-leur de l’attention au delà du nécessaire ! Mettez-vous à leur place ! Qu’est-ce que vous aimeriez que quelqu’un qui vous regarde dans cette situation fasse pour vous ? Je vous assure, vous agirez de façon automatique, sans que quelqu’un n’ait à vous dire quoi faire.

Allez, je sais que vous êtes très occupés, vous avez beaucoup de choses à faire, mais, offrez de l’attention à ceux qui en ont besoin et même à ceux qui pensent ne pas en avoir besoin ! Ça changera votre vie !

 3. Envoyez une pensée

C’est ici que certains me trouveront un peu fou peut-être ! Mais, je me demandé : est-ce que votre objectif est de donner ou bien que la personne sache que vous avez donné ?

Ici, c’est quand vous êtes seul dans votre moment d’intimité avec vous-même (si vous en avez au moins). Alors, pendant ce temps précieux que vous vous donnez, envoyez une pensée a une personne précise ! Visualisez cette personne très heureuse, en forme, pleine de self confidence, souriante et tout ! Ressentez ça et accrochez-vous à cette pensée pendant un moment !

Je sais qu’au debout ca ne sera pas facile parce que l’homme a près de soixante milles pensées par jour ! Alors, si je vous demande d’en offrir un seul, ce n’est quand même pas grand-chose ! Pourtant, ca vous rapportera beaucoup ! Testez ce qu’on appelle Le pouvoir de la compassion ! Je peux vous garantir que vous aurez une vie miraculeuse, pour ne pas dire magique !

 4. Donnez un regard !

Dans ce monde où les gens sont occupés, peu sont ceux qui pensent à donner un regard gentil à leur entourage ! Mettez votre ordinateur de coté ou éteignez carrément votre Smartphone pendant ces 15 minutes ! Offrir un simple regard doux à toute personne qui vous rencontre changera et la personne et vous-même ! Mais, attention, je ne parle pas ici d’un regard suggestif, avec des arrière-pensées ! Je parle d’un regard franc, honnête, ouvert et ouvre le cœur au monde ! Si vous ne le saviez pas, offrir un regard à une personne est un moyen de se connecter à la personne, être dans une harmonie impossible avec elle. Je ne parle pas de regard menaçant ! Un regard doux, le genre de regard qui berce, qui noie !

C’est gratuit ! Offrez un regard en cette période et tout le restant de votre vie a votre entourage ! Ca fait du bien !

 5. Offrez un sourire

Ça, tout le monde qui m’a déjà rencontré sait que je suis champion en ça ! Commencez même maintenant ! Souriez ! Oui, juste pour rien comme ça ! Offrir un sourire chaud créé une ambiance unique ou vous êtes ! Les gens voudront rester avec vous longtemps et ne vous oublieront jamais !

Souriez à tout moment, peu importe les circonstances ! Juste, souriez ! C’est une clé magique pour vous ouvrir toutes les portes sans aucun effort ! Souriez à tout le monde et à tout temps !

Fête : Kit de survie d’un invité à une soirée dansante

Cet article vous propose quoi faire (ou éviter) avant, pendant et après une fête. Sentez-vous libre de partager avec nous vos idées en commentaire.

Par Gaïus Kowene

Soirée dansante du Salsa à San Francisco (Crédit photo: www.yelp.com )

Soirée dansante du Salsa à San Francisco (Crédit photo: www.yelp.com )

Le web regorge d’articles sur la manière de préparer et réussir une fête. La plupart de ces articles s’adressent aux organisateurs des soirées. Pour ma part, j’ai bien voulu partager quelques propositions avec ceux qui espèrent un jour être invités à une soirée où coulera beaucoup d’alcool.

AVANT LA FÊTE

1. Pas de rendez-vous le lendemain

Si vous savez que vous irez à une soirée le samedi, alors, ne prenez aucun rendez-vous pour le dimanche. Vous n’êtes pas obligé d’expliquer pourquoi ! Juste un simple « Mon programme de dimanche est déjà full et je n’aurai pas de temps libre » suffit. Mais pourquoi ?

Parce que vous ne savez pas quand la fête va finir (peut-être au petit matin) ni quand vous allez vous réveiller.  Et parfois, vous vous réveillez à temps, mais avec des maux de tête terribles ! Alors, au lieu de prendre un rendez-vous que vous avez déjà manqué d’avance, évitez-le et programmez un autre jour.

2. Apportez votre boisson

Certains Africains (je parle de ceux que j’ai côtoyés) confondent générosité avec le fait d’être raisonnable. Il y en a qui partent dans des fêtes mains vides, se préparant à aller gonfler leur ventre et s’enivrer dans la poche du voisin. C’est vrai, on est en Afrique, mais ça ne justifie pas un comportement inhumain ! Le voisin a bien voulu passer du temps avec vous, mais, comprenez qu’il a aussi des factures à payer et d’autres obligations financières à régler !

Bon, après tout, c’est aussi bien pour vous de contribuer à la réussite de la fête, non ? (Une ou deux bouteilles suffisent !)

En plus, quand vous apportez votre propre boisson (la quantité que vous boirez et/ou partagerez avec les autres) vous avez plus de chance de vous contrôler. Si c’est dans un bar, payez votre facture juste quand vous commandez. Comme ça le tenancier du bar ne le mélangera pas avec celui de votre gentil hôte.

3. Mangez lourd

Ça, c’est un sérieux problème avec ceux qui partent dans des fêtes ! Tout en sachant que parfois le travail ne permet pas de sortir pour manger, je n’oublie pas qu’il y en a qui quittent (expressément) chez eux le ventre creux « par ce qu’ils partent à une fête » ! Ce n’est pas une bonne idée, mes chers ! Dans les fêtes d’aujourd’hui, il y a plus de boisson que de la nourriture. Alors, considérez le fait d’aller manger au restaurant ou même à la maison comme faisant partie entière de votre fête !

Comme ça vous boirez sans crainte ! Mais, attention, si vous buvez l’alcool, ne mangez pas du riz le soir de la fête ! Ça accélère et amplifie l’effet de l’alcool dans votre corps !

4. N’y allez pas trop tôt

Ici, il est question d’être raisonnable ! Une fête n’est pas une réunion de business ! Pas besoin de venir deux heures avant ! Parce que quand vous êtes là avant le temps, vous commencez déjà à boire ! Et quand les autres seront là, vous serez déjà chaos et risquez de perdre contrôle pendant que les autres sont encore sobres !

Alors, prenez votre temps ! Pas besoin de se précipiter! A moins d’aider dans des préparatifs et donner un coup de main aux organisateurs!

PENDANT LA FÊTE

5. Cherchez d’abord les toilettes

Beaucoup ne pensent qu’aux toilettes quand ils ont du mal à se retenir pour seulement 5 minutes ! Donc, avant même de commencer à boire, faites le tour de la parcelle et repérez où se trouve « le lieu d’aisance » ! Cette information vous aidera quand vous serez dans une urgence sans frein !

6. Ne mélangez pas les boissons

Quand on arrive dans une fête, on n’a tendance à essayer une boisson qu’on a jamais goûtée (seulement par ce que ce n’est pas vous qui payez la facture). C’est mieux de boire un seul type de boisson (de préférable la bouteille que tu as apportée) pour éviter des complications inutiles le lendemain. Tu ne sais même pas quel mélange produit quoi ! Voilà pourquoi mélanger le vin, la bière et la boisson traditionnelle peut vous faire regretter ce moment supposé être de réjouissance ! Si le bar n’a plus votre goût, alors, contentez-vous de l’eau ! Mais, sinon vous m’en direz des nouvelles !

7. Parle moins de toi

Quand on a bu un peu, on a souvent tendance à montrer qu’on est « aussi quelqu’un » ! Et le plus souvent, on parle beaucoup de soi, d’où l’on a déjà été, avec qui, et bla-bla-bla ! Mais, écoute, ce que vous êtes ne me donnera pas forcement envie de vous parler ! Surtout que vous êtes ivre ! (C’est comme ça que beaucoup qualifient ceux dont l’haleine sent l’alcool, même s’ils ne sont pas forcement ivres).

Alors, laissez la personne en face de vous parler d’elle, son origine, ses réalisations, ses difficultés, ses rêves, etc.

Je vous assure, vous serez fasciné par le parcours des gens que vous croyez connaître ! C’est aussi bon pour construire votre carrière !

8. Mange plus, bois peu (de bière)

Parfois, dans la fête, les gens passent beaucoup de temps à chercher la boisson et oublient la nourriture ! Je sais bien que vous avez déjà mangé chez vous avant de venir ! Mais, s’il y a un peu de grillade, un peu de pâtisserie, faites-en votre target numéro 1 ! Après tout, vous pouvez boire et manger en même temps ! Il faut, donc, manger plus et boire un peu !

9. Ne promets rien

Quand on a bu, on a tendance à devenir celui qui réalise le vœu de toute la terre ! Attention ! Il y en a qui profiteront de cette occasion pour vous demander un service ou une faveur ! Ne promettez rien ! Proposez d’en rediscuter à une autre occasion ! Même si la personne insiste, soyez franc en montrant que vous n’êtes ni dans l’endroit, ni dans les conditions propices pour en parler ! Soyez vraiment catégorique (mais, gentil) et ne prenez pas de rendez-vous pour le lendemain ! (Pas même au téléphone ou sur Skype.)

10. Encourage sans critiquer

Et si par hasard quelqu’un vous pose une question sur une personne que vous connaissez, évitez d’émettre des critiques négatives ! Reconnaissez que tout le monde a ses défauts, mais surtout que vous appréciez tel ou tel autre point de l’autre ! Soyez aussi franc, en montrant que la personne peut s’améliorer encore plus en faisant ceci ou cela ! Mais, s’il vous plaît, ne dites rien de négatif sur qui que ce soit ! Si votre interlocuteur parle en mal de la personne, respectez son point de vue, tout en restant positif.

11. Prends immédiatement les contacts

Dans une fête, c’est conseillé de partir avec des copies de sa carte de visite (ça ne coûte pas une fortune d’en produire) ! Comme ça sonne trop archaïque de se promener avec un agenda et un stylo pour prendre les contacts des gens, alors, servez-vous de votre téléphone ! Soit enregistrez le nom, le numéro de téléphone, l’adresse mail et ce que fait la personne comme message brouillon, ou utilisez l’option Agenda de votre portable.

12. Rentre comme venu

Si tu es venu seul à la fête, fais tout pour rentrer seul ! Ne cherche pas à faire comme les autres en voulant coûte que coûte ramener une jolie demoiselle ou un beau gosse a la maison ! Tu risques de gâcher ta réputation et tes relations !

APRES LA FÊTE

13. Téléphone sous silencieux

Je sais que c’est très difficile, mais dites-le à votre subconscient ! Avant de fermer les yeux, mettez votre téléphone sous silencieux ! Je ne dis pas de l’éteindre, non ! Parce qu’une fois réveillé, vous avez besoin de savoir qui a essayé de vous appeler ! Je le dis parce qu’il y en a qui se sont couchés 12 heures avant toi et t’appelleront à ta première heure de sommeil ! Alors, pardon, reposez-vous!

14. Dormez comme l’exige le corps

Alors, ici, c’est quand on se réveille et qu’on sente que le corps ne veut pas sortir du lit ! Dans ce cas, donnez à César ce qui lui est dû ! Votre corps n’est pas une machine et n’a pas un magasin de pièces de rechange ! Moins encore un garage !

Ne vous reprochez pas de trop dormir après une soirée dansante ! Le corps le mérite pour se remettre en forme !

15. Prenez un bain froid

Une fois réveillé, vous vous sentirez trop fatigué, je dirais, déclassé même ! Prenez un bain froid et exposez-vous au courant d’air ! Ouvrez toutes les fenêtres de la maison et celles de votre chambre. Prenez une chaise ou une natte et mettez-vous dehors, de préférence dans un endroit ouvert à la nature (jardin, au bord du lac, etc.) ! Ne faites rien ! Juste, prenez votre temps, respirez l’air frais et sentez-vous bien !

16. Buvez beaucoup d’eau

Boire beaucoup d’eau n’est pas synonyme de finir 20 litres en heure ! Buvez beaucoup d’eau signifie boire très lentement, des petites gorgées, mais, à un débit régulier ! Prendre de l’eau vous revitalise et vous donne un peu de force.

Comprendre la gueule de bois

17. Manger des bananes

Les bananes réhydratent et donnent de l’énergie au corps après une gueule de bois. En plus, ça permet à l’estomac de faire une transition avant de manger de la nourriture lourde ! Je recommande vivement ceci !

Et quand vous aurez mangé léger, ne prenez pas d’alcool ce même jour ! Buvez plutôt du Tonic ou du jus à base des fruits ! Ça aide aussi !

Et vous ? Avez-vous d’autres astuces à proposer ?

N’hésitez pas à nous le faire savoir en commentaire ici-bas !

RDC : comment fabriquer un rebelle ?

La République démocratique du Congo compte plus de 50 groupes armés qui se livrent à de graves violations des droits de l’homme.

Mais, attention, ces groupes armés sont aussi un moyen pour beaucoup de citoyens de survivre. Certains me diront : « Mais… garçon, tu as perdu la tête ? »

En vrai, pas du tout ! Les grandes entreprises internationales et le gouvernement confisquent tous les revenus. Le Gondwanais « lambda » n’apprend qu’à l’école que son pays est riche en sol et sous-sol ! Pour se retrouver, certains décident de rejoindre des groupes armés à caractère tribaloethnique.

Alors, je ne donne ici qu’un bref aperçu sur comment on arrive à créer un groupe armé influent.

Petite précision : Je ne suis pas membre d’un groupe armé ! Cet article vient du temps que j’ai passé à effectuer des reportages sur des groupes armés comme la rébellion Mouvement du 23 Mars (M23), l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) et différents groupes Maï Maï dans le Grand Nord (Nord du Nord-Kivu).

Règle 1 : Apprenez votre histoire

Connaitre l’histoire de votre tribu vous permettra de la manipuler pour vos intérêts. Consultez les vieux sages et ils ne manqueront pas de trouver une mésentente avec les voisins (ce qui est normal).

Règle 2 : Victimisez-vous !

Se victimiser marche souvent ! Ça permet de montrer aux « notables » de la communauté que votre tribu est une espèce en voie d’extinction. Vous avez automatiquement leur soutien.

Se victimiser tente aussi des personnes qui ne sont pas de votre tribu de se joindre à vous pour « contre carrer un plan dévastateur des voisins. »

C’est quoi ce plan même ? Il n’existe que dans les mythes.

Règle 3 : Préparez vos futurs cadres

Si vous démarrez une rébellion, vous ne devez pas y être vu, ni de près, ni de loin !

Voilà pourquoi vous devez convaincre les notables de votre communauté et ceux de la diaspora d’octroyer des bourses d’études à l’étranger aux jeunes de votre village. Que doivent-ils étudier ? Tout ce qui a trait à la politique, à l’armée, à la balistique, l’aéronautique, la programmation informatique, etc.

Au départ, ne dites rien ! Dites tout simplement qu’ils ont mérité ! Comme ça, vous créez une dette morale en eux. Ils n’hésiteront pas à utiliser ces connaissances pour « sauver » la tribu qui a fait d’eux ce qu’ils sont.

Veillez à rester dans l’ombre. Mettez ces jeunes à l’avant-plan.

Règle 4 : Excellez en évangélisation

Cette viellie technique utilisée par des Européens en Afrique marche encore aujourd’hui. Devenez un grand révérend pasteur. Les Africains croient beaucoup en « Dieu ». Il suffit de trouver quelques versets dans la Bible ou le Coran pour le convaincre. Après tout, il a appris depuis sa naissance à ne pas blaguer avec « Dieu ».

Formez aussi des « enfants » spirituels. Même Nicholas Machiavel l’a dit : la religion permet de gagner gratuitement un certain pouvoir, une certaine autorité, une bonne crédibilité.

Quand vous êtes évangéliste, même de grands décideurs du pays ou du monde n’hésiteront pas à  vous recevoir facilement.

Du coup, vous gagnez en contacts et relations !

Règle 5 : Prenez le contrôle de l’économie de votre région

Soit vous contrôlez des carrières de minerais ou vous influencez les grands commerçants de la région. Ce n’est pas impossible même si vous ne venez de nulle part.

S’ils reconnaissent en vous une bibliothèque de l’histoire, donc un sage (voir règle 1) et/ou un guide spirituel (règle 4), ils feront sûrement tout ce que vous leur direz !

Il suffit de se trouver un argument, convaincant ou pas, montrez-leur que votre tribu est en danger. Comme leurs intérêts en dépendent, ils vous rejoindront !

Et quand vous avez l’économie, la politique ne peut que venir vers vous.

RDC: si Goma panique, qui profite?

La presse couvrant l'investiture de Bertrand Bisimwa a la tête du M23 a Bunagana, RD Congo

La presse couvrant l’investiture de Bertrand Bisimwa a la tête du M23 a Bunagana, RD Congo (Credit photo: Gaius Kowene)

« Vous devez immédiatement rentrer chez vous à la maison et rester prudent. La situation n’est pas bonne dans la ville. »

« Nous pouvons entendre des détonations. Il y a la guerre ici ! »

Ce sont la quelques une des phrases que vous pouvez entendre dans la ville de Goma, dans l’Est de la RD Congo. Elles se transmettent rapidement de bouche à oreille, via messageries sms et surtout sur les réseaux sociaux. Qui est a l’origine de cette psychose ? Avec quel intérêt ? Comment éviter de se faire manipuler pour des intérêts égoïstes ?

Depuis plus d’une décennie la province du Nord Kivu est en guerre. Des affrontements opposent différents groupes armés nationaux et étrangers.

Mais cette guerre n’est pas que militaire. Elle est médiatique et surtout psychologique. Des groupes armés en profitent pour dominer le mental des habitants et les faire oublier de résister.

Comment crée-t-on cette panique ?

Ces groupes armés utilisent plusieurs méthodes pour atteindre cet objectif. Je ne vais en citer que trois (3).

La première, celle qui réussit souvent est d’alerter les medias les plus suivis de Goma. Leur sympathisants envoient des messages aux medias et se disent prêt a témoigner de la situation qui prévaut dans leur région. Mais, en réalité, ils ventent ces groupes armés, donnent aux gens l’idée qu’ils sont  hyper forts, lourdement armés, bref, invincible !

Malheureusement, il y a de ces journalistes qui se précipitent pour diffuser des scoops, sans prendre le temps de traiter comme il se doit l’information. C’est un témoignage de la base, oui, mais qui est derrière ? Avec quel intérêt ? En journalisme, aucune information ne doit être prise pour argent comptant ! Même si elle vient des « bouches autorisés ». Quand le journaliste ne fait plus son travail de traitement sérieux de l’information, les belligérants savent le manipuler pour qu’il leur serve de haut parleur. Ainsi, il les aide (consciemment ou pas) à atteindre leur objectif : Dominer d’abord l’esprit des habitants et leur corps ne fera que se soumettre.

La deuxième méthode utilisée pour créer cette psychose, c’est de se fabriquer des mythes et les diffuser par la voie des réseaux sociaux et le bouche à oreille. Tel officier à échapper a une tentative d’assassinat, Tel General est mortellement blessé (après on le voit en bonne santé), Tel groupe projette d’attaquer tel jour, autant des membres de telle milice se sont déjà infiltrés a un tel endroit, etc…

Parfois c’est vrai. Mais, souvent c’est une façon de créer le débat en ayant déjà corrompu la façon de raisonner de la population. Du coup, elle panique et donc, se prépare à se soumettre à une nouvelle « autorité ».

La troisième méthode est de créer une incompréhension qu’on fera semblant de maitriser après. Cette technique marche toujours. Les journalistes qui font du News y sursautent : appels téléphonique, déplacements pour interview, etc….

Pendant ce temps, la population croit qu’il y a une Vrai incompréhension vu qu’il y a mort d’hommes. Oui, il y a mort d’hommes ; mais lesquels ? Des gens dont on a plus besoin, des gens d’une ethnie dont on veut se débarrasser, des gens « inutile » pour eux. Qu’ils meurent ou pas, ca n’affectera en rien le groupe armé. Au contraire, ca déplace des populations, ce qui oblige les humanitaires a intervenir et donc, a parler du groupe Rebel aux plus hauts niveaux.

Des mains noires bien connus sont derrière cette psychose qui règne dans la ville de Goma. Ils le font pour leur intérêt bien connu.

Se permettre d’amplifier cette panique, c’est accepter de servir d’idiot utile a ces personnes bien connus.

Par Gaïus Kowene

Secrets des Mondoblogueurs‏

Des mondoblogueurs en visite sur l'il de Gorée, au Sengal, Dimanche 07 Avril 2013. (Cc Alimou Sow)

Des mondoblogueurs en visite sur l’île de Gorée, au Senégal, Dimanche 7 Avril 2013 (Crédit photo : Alimou Sow)

L’art de bloguer peut s’apprendre à l’école de la vie et voici comment.

Par Gaïus Kowene, à Dakar

Plus de 60 000 visiteurs uniques surfent sur Mondoblog par mois depuis presque trois ans. Des blogueurs francophones pas extra alimentent régulièrement cette plateforme. Quels sont leurs secrets de réussite? Cinq d’entre eux nous en parlent dans ce billet.

 

Origine des idées

Nous commençons par la conception même. Comment touvent-ils des idées pour rédiger?

Il y en a qui les trouve de manière hasardeuse. C’est le cas de la Camerounaise Salma Amadore et du Congolais vivant au Brésil, Serge Katembera.

D’autres, par contre, creusent partout. « Pour trouver des idées, je pars des idées reçu, explique Limoune. Ensuite je rencontre des personnes stéréotypées. Parfois, je raconte mon expérience personnelle. » L’actualité sur internet et un esprit critique inspirent la Caribéenne Mylène Colmar.

Maintenant que l’idée est là, il faut commencer à rédiger son billet. « Ici, c’est la frénésie, » confie Serge. Salma tire de sa tête des phrases « piquantes » pour susciter le débat. Attention ! Elle a, toutefois, peur d’être inondée par des questions des lecteurs.
Mais comment arrivent-ils à capter l’attention des lecteurs?

L’humour est une arme

« Je ne pense pas qu’il y ait des potions magiques, » dit Limoune. Mais René Jackson, lui, a trouvé une astuce : « L’humour est l’arme principale de mes billets. » Ça relaxe un tout petit peu le lecteur et lui donne envie de revenir prochainement.
Et pour fidéliser ses lecteurs, la qualité du contenu reste la règle mère. Mylène Colmar fait encore plus. Elle nous l’explique : « Chaque fois que je publie un nouveau billet, je le leur dis sur des médias sociaux comme Facebook et Twitter ».
Elle s’efforce de répondre à chaque commentaire pour que ses lecteurs sachent qu’elle les lis.

La Radio Télévision Sénégalaise parle de Mondoblog au début de la fomation à Dakar, Sénégal, à partir du 06 Avril 2013 (Cc Basil Nianeful, RTS1)

Secrets aux futurs mondoblogueurs

Pour finir, nous leur avons demandé des « secrets » à livrer aux futurs mondoblogueurs.
« Écrivez quand vous avez envie et soyez claire, » conseille Salma.
Limoune met l’accent sur un autre point important : « n’écrivez pas ce que la presse a déjà dit ou comme elle l’a dit. Donnez la parole au citoyen sans discrimination. C’est la force de votre blog. »
Jackson, lui, résume son « secret » en 3 mots : passion, curiosité et conviction. Serge conseille de lire les blogs des professionnels et essayer de les imiter.
Les Mondoblogueurs ont encore beaucoup de leurs secrets à partager avec vous. Il y en a qui le feront dans des billets à venir.

Restez branché !

Bloggez efficacement !

Après vous avoir raconté comment je suis devenu un bloggeur, je pense aujourd’hui partager avec vous certaines astuces qui m’aident à toujours le rester.

En fait, quand beaucoup entendent parler du blogging, ils se mettent en tête pas mal d’illusions. Ça fait qu’au départ, l’on a un courage exceptionnel et l’on prend son temps avant de publier un billet dans son blog. Avec le temps, l’on commence petit à petit à ne pas trop se concentrer sur son billet, puis des légers retards dans la publication et en fin de compte, on ne publie plus rien du tout. Vous ne voulez pas arriver à ce point ? Faite de ce billet votre.

Je parle de cette façon par ce que j’en ai une petite expérience. Il y a des blogs que je créais juste par sentiments et ont fini par être bloqués faute de mise à jour.

Tout d’abord, considérez votre blog comme VOTRE truc à vous, et non un outil pour chercher à impressionner les amis. De cette façon, vous savez que vos publications ont une répercussion sur VOTRE personnalité, bref, votre dignité, quoi. Vous ne le mettre, donc, pas à jour pour intimider des amis qui n’auront pas toujours le temps d’y penser.

Ensuite, pensez à votre audience (lecteurs). C’est par là que la communication commence. Qu’est-ce qui peut les intéresser ? Que trouveront-ils de spécial dans mon blog, qui n’a pas été dit dans des medias ? Ces questions vous aideront à choisir ce que vous y publierez et pour quoi. Ici, soyez franc avec vous-même et voyez plus loin. Vous pourrez par exemple parler des sujets sociopolitiques, la religion, les droits humains, l’économie, la vie dans votre quartier, les initiatives locales, les expériences de la vie, les réflexions originales, etc…

N’oubliez pas, vous écrivez pour des gens qui n’ont jamais pensé que votre village  pourrait exister. Expliquez donc bien les abréviations, jargons, les noms des villages et essayez de les situer par rapport à une grande référence (par exemple : la ville de Goma, à l’Est de la RDC ; les pygmées, peuple autochtone et premier habitants de la RDC ; etc…). N’écrivez pas que ce qui VOUS plait mais aussi ce dont VOS LECTEURS ont vraiment besoin.

En écrivant, ne vous basez pas trop sur le style journalistique. Vos lecteurs l’ont déjà dans les différents medias et sites web d’informations. Dans votre blog, ils devraient plutôt trouver un style normal, facile à comprendre et qui respect certaines règles générales. Là, pensez aux 5 W (QUI a fait QUOI, à QUI, QUAND, POURQUOI et comment dans le texte narratif). Personnellement, je préfère les mettre dans la première phrase, de telle façon que même si vous ne lirez pas tout l’article, mon message sera déjà passé ! Ça s’appelle le style informatif. Attention !!! Pas question des phrases kilométriques (très longues).

Une autre astuce, c’est le principe du SIC (Surprendre, Intéresser et Convaincre). Avec ça, votre message atteindra le plus de monde possible. Soyez aussi concis, précis er claire. Que votre texte soit de 500 à 700 mots, avec des photos illustratives.

Mais, vous n’avez pas encore fini ! Une fois que vous avez publié votre billet, faites connaitre aux gens le fruit de votre travail. Partagez le lien de votre nouveau billet  dans des groupes sur tous les réseaux sociaux possibles. De cette façon, les gens seront au courant de votre nouvelle publication.

La plus grande question qui reste est de savoir comment fidéliser ses lecteurs. La réponse la plus simple qui soit est de vous montrer, vous-même fidèle. Choisissez-vous une fréquence à la quelle vous mettrez à jour votre blog. Au début, moi, je vous conseillerais de le faire de façon hebdomadaire. Fixez vous un jour dans la semaine où, qu’il pleuve, qu’il neige, vous devez publier au moins un article. Choisissez une heure à laquelle les gens sont un peu relaxe (c’est-à-dire pas coincé par le boulot, ni pressé de rentrer à la maison). N’oubliez pas de mettre les mots clés de votre billet et une synthèse dans la case appropriée.

De cette façon, vous attendrez et fidéliserez le plus de monde possible. Vous serez devenu un bloggeur efficace !

Par Gaïus Kowene