RDC – Culture: Le meilleur du #SKIFF2013 à Goma

Le groupe de danse Arsenic Dance Crew sur scène au #SKIFF2013 (Crédit photo: Yolé!Africa)

Le groupe de danse Arsenic Dance Crew sur scène au #SKIFF2013 (Crédit photo: Yolé!Africa)

Du 05 au 14 Juillet 2013, le centre Yole!Africa a organisé  à Goma la 8eme édition du Salaam Kivu International Film Festival, SKIFF, sous le thème Uhaki – Justice. Des ateliers de formation aux projections quotidiennes des films, en passant par la compétition de danse, toutes les activités de ce festival rassemblaient du monde. (Programme officiel)

 

Regarder une video qui parle du SKIFF

 

Une diversité des  invités spéciaux

Présentation des invités spéciaux pendant la soirée d'ouverture du #SKIFF2013 (Crédit photo: Yolé!Africa)

Présentation des invités spéciaux pendant la soirée d’ouverture du #SKIFF2013 (Crédit photo: Yolé!Africa)

Ce festival a reçu des nombreux invités spéciaux venu des différents pays. Nous citons par exemple le Cinéaste Canadien Matthieu Roy dont le film Surviving Progress était en vedette dans la soirée d’ouverture, La journaliste Canadienne Fawzia Fall qui a animé des ateliers de radio journalisme, le Français Alain Canonne qui y a accompagné le rappeur Congolais Lyke Mike, l’activiste Kenyan Ndungi Githuku qui a présenté des films Kenya et a eu un concert avec live avec le Rwando-Jamaicain Natty Dread, le chorégraphe Ougandais Rogers Massaba qui a formé les jeunes en danse, etc… Difficile de finir la liste sans parler de l’artiste comédien Congolais Mira Mikanza dit Koko Swing qui a plusieurs fois égayé le public. Les cinéastes Américains Lynn True et Nelson Walker, organisateurs du festival Congo in Harlem, ont formé en film documentaire.

Des rencontres enrichissants

Des participants à la rencontre Approche de l'autre pendant le #SKIFF2013 (Crédit Photo: Ndungi Githuku)

Des participants à la rencontre Approche de l’autre pendant le #SKIFF2013 (Crédit Photo: Ndungi Githuku)

Des rencontres d’échanges étaient aussi de la partie. C’est le cas de « L’approche de l’autre » qui s’est focalisée sur la question de savoir si la justice était liée à la paix dans le contexte de la RDC. Des membres des différentes organisations de la société civile ont participe a ces échanges répondant par l’affirmative a la question. Pourquoi ?

L’impunité ne se fait plus chercher en RDC. « Il ne suffit pas de condamner l’actuelle impunité en RDC en oubliant d’où elle est venu », fait remarquer Petna Ndaliko, fondateur du centre Yolé!Africa et directeur artistique du festival. Fidel Bafilemba, activiste et chercheur chez Enough project explicite cette remarque. « Le roi barbu Belge Léopold 2 a coupé les mains des Congolais et les a massacré, explique-il. Mais, il est resté impuni. L’Union Européenne l’a plutôt récompensée en installant son siège à Bruxelles. » Parmi les participants, on note la présence de l’abbé Roger Mpongo venu de Bukavu, en province du Sud Kivu.

Une autre rencontre du genre, le « Nyavu congress ». Ce réseau d’artistes et activistes de la région des grands lacs a été l’occasion de passer en revu les activités des initiatives membres dont Amka Afrika.

Des films captivants

Pendant la soirée Kenyane, 2 des 3 films projettes ont captive le public. Il s’agit de Nairobi Half life de Tosh Githonga et de « In search of my father » de Ndungi Githuku. Le premier film décrit l’histoire d’un jeune villageois qui rêvait de devenir acteur et atteindra ce rêve malgré les difficultés impossibles. Le deuxième accompagne Marie, la fille de J.M Kariuki, qui va rencontrer des personnes qui connaissait son père avant qu’il ne soit assassiné par le pouvoir de Moi Kibaki.

Pochette du film Mabele na biso lancé officiellement le Mercredi 10 Juillet 2013 pendant le SKIFF (Crédit photo: Gaïus Kowene)

Pochette du film Mabele na biso lancé officiellement le Mercredi 10 Juillet 2013 pendant le SKIFF (Crédit photo: Gaïus Kowene)

Le moment spécial de ce festival, le lancement officiel du documentaire Mabele na biso (Ndlr : Notre terre) de Petna Ndaliko. Ce film parle d’une radio financée par les cotisations de la population locale, pour donner matière à réflexion sur la notion de l’indépendance sans mentionner le colonisateur. S’en est suivi un débat houleux sur l’aide humanitaire et son impact en RDC. Les participants ont décrié le caractère perpétuel de l’assistance humanitaire qu’ils ont qualifiée d’un business lié à celui de la guerre.  « Nous ne sommes pas la pour résoudre les problèmes de ce pays, riposte Caroline Peguet, humanitaire paneliste au débat. Notre travail se limite à soulager les souffrances humaines et à répondre aux urgences en cas de guerre ou de catastrophe naturelle. »

Le local devient l’international

La soirée Congo film Focus a mis à l’honneur 6 films de la ville de Goma. Rich boys, l’exemple de Moimi Wezam sensibilise sur la considération des personnes handicapés, Ca m’apprendra de Franc Escargot met en garde les parents qui portent plainte précipitamment contre les amants de leurs filles sur base des imaginations. Les internautes d’Abdoul Bahizi expose la problématique d’accès à l’internet dans la ville de Goma pendant que Scenario de Muhindo Abraham montre le passage du rêve à la réalité. Le film Plus jamais de Richard Thumito sensibilise les maries a la fidélité conjugale et Sara de TD Jack peint le portrait d’une fille débrouilleuse aux ambitions gigantesques.

A la fin de la compétition de danse, les 3 meilleurs groupes de danse de l’année sont : Rihna Crew, Magic Dance et Street Dancers.

La cérémonie de clôture se tient ce Dimanche 14 Juillet 2013 au centre Yole!Africa. Des jeunes musiciens talent de la Jam session monteront sur scène suivi de Mira Mikanza pour sa comédie. Ensuite, les formateurs et étudiants feront une restitution de ce qu’ils ont fait pendant les 10 jours de festival.

Par Gaïus Kowene

A lire aussi:

Goma à l’heure des Festivals malgré la peur sur les Observateurs de France24

#SKIFF2013 : des cours de cinéma profitent aux jeunes de Goma sur l’Atelier des Medias

Goma se défie des menaces de guerre sur actu du Kivu

Le programme #MondoblogDakar 2013

Le blogueur Mauricien Stéphane Huët et le Congolais Gaius Kowene a Dakar en attendant la formation

Le blogueur Mauricien Stéphane Huët et le Congolais Gaius Kowene a Dakar en attendant la formation

Ils sont en tout 51 blogueurs : 39 de la deuxième saison et 12 de la première. Ils sont encadrés par l’équipe L’ Atelier des médias, l’émission de Radio France Internationale (RFI). Ils se retrouvent à Dakar, au Sénégal, du 6 au 14 avril, pour une formation qui durera une semaine. Cet événement est constitué d’ une série d’ateliers, des séances d’échange et des descentes sur le terrain. Certains sont déjà sur place et d’autres continuent à arriver. L’ambiance s’annonce chaude pour ces blogueurs de nationalités, âges et parcours différents.

Ce Dimanche 07 Avril 2013, les mondoblogueurs lauréats de la deuxième saison et leurs ainés de la première feront une excursion à l’ile de Gorée, à 4 km à l’Est de Dakar. En fin d’après midi, ils rentreront à l’Agence Universitaire Francophone, dans la capitale sénégalaise, pour une rencontre informelle et de présentations. Ce sera au Campus numérique.

Le lendemain, ils seront divisés en deux groupes (A et B). Le groupe A sera en cours au campus numérique pendant que le groupe B sera en reportage. L’après midi, on inverse les rôles. Ici s’ajoute la rencontre avec Benoit Thieulin et Cyriac Gbogou en fin d’après midi.

Le mardi, le même schémas se reproduit avec le cours sur les réseaux sociaux. La soirée sera consacrée au lancement de Ndakaaru et l’enregistrement de L’ Afrique enchantée qui sera diffusée le dimanche 14 avril de 17h à 18h (heure française) sur France Inter.

Le programme cours – reportage sera suivi jusqu’au jeudi. Ce sont les gens à rencontrer en soirée qui changent.

Le vendredi, l’enregistrement de l’émission Atelier des médias qui sera diffusé le Samedi sur RFI.

Le samedi, une module du journaliste Julien Pain, fondateur des Observateurs de France 24, avant la grande fête de clôture.

Le live tweet de toute cette semaines est à suivre avec le site officiel de Mondoblog @mondoblog avec le hashtage #MondoblogDakar et les comptes des Mondoblogueurs comme @gkowene, @kukulamp, @fanuet, @witterlims, @sk_serge, @ibohn2, @nathyandkangami, @sneibaa, @KonoKaba, @AphtalC, @Mycho, @Axelle971

Par Gaïus Kowene

Votre nouveauté cadeau pour 2013

Un jeune esperant un changement positif dans la ville de Goma au rond pint Signers.

Un jeune esperant un changement positif dans la ville de Goma au rond pint Signers.

L’année 2012 a été une année noire pour la plupart des Congolais, surtout ceux vivant dans l’Est. La chute de Goma entre les mains du mouvement rebelle M23 a bougé le monde et revient dans la rétrospective de beaucoup des medias internationaux. Paradoxalement, 2012 a été pour moi une année historique. Je vous dirais pour quoi avant de parler de la nouveauté de 2013.

Tout d’abord par ce qu’en 2012 j’ai fait des rencontres qui ont tout changé dans ma vie. J’ai réalisé mon rêve le plus fou de devenir un Reporter International et j’ai noué des relations fortes avec des personnes pas ordinaires. Parmi ces personnes, figurent Simon Decreuze, Ziad Maalouf et Cédric Kalonji qui m’accompagnent dans la blogosphère francophone. J’ai aussi fait la connaissance de Gemma Parellada, correspondante de la CNN en Afrique Sub-saharienne. C’était pendant le Salaam Kivu International Film Festival, SKIFF. Elle était venue à Goma pour animer un atelier sur le journalisme radio. J’ai beaucoup appris d’elle. Une autre rencontre historique est celle avec Jens Kiesheyer, à cette époque Senior Editor à la rédaction Afrique de la Radio Netherlands Worldwide, RNW. Celui-ci a permis que je sois leur correspondant à Goma et donc, jouer dans la cours des Reporters Internationaux. Grace à ces rencontres j’ai pu développer d’autres relations comme avec Yohannès Aokoli, un confrère Ghanéen, Anne-Mireille Zouenke, une consœur Camerounaise, Sophie Van leeuwen et Cíntia Taylor de la RNW, Jacques Matand de Slate Afrique, etc…

Je ne peux pas manquer de citer Yole!Africa qui continue à m’assurer un encadrement costaud et une connexion internet permanente pour mon épanouissement. (Ce n’est pas facile la connexion internet en Afrique).

Bon, allons droit au but !

Ça fait un certain temps que j’écris pour mon blog et certains autres sites internet. Je réalise aussi des reportages radios pour des medias tant locaux qu’internationaux. Mais… La nouveauté pour 2013 s’appelle « Du lac au volcan. » Dites-moi de quoi il s’agit ! Avez-vous deviné ?

Un magazine radio hebdomadaire de 20’ que je réaliserais pour mon blog. Sa dénomination ne vient pas seulement du fait que la ville de Goma se trouve DU LAC Kivu AU VOLCAN Nyiragongo. Mais plutôt, du fait que nous voulons emmener les gens de la passivité (comparée au lac qui ne coule pas) vers l’activisme (comparée au volcan qui brule tout le temps). Elle sera diffusée à Goma sur la Radio Télévision Graben, RTGB (91.0 fm) et à Bunia sur la Radio Merveille Bunia (88.8 fm). L’objectif est de donner le pouvoir à l’opinion des gens ordinaires.

Dans ce magazine, je parlerais de la démocratie, des droits de l’homme, des nouvelles technologies, de entrepreneuriat en milieu des jeunes et la vie sociale. Il peut arriver que des volontaires d’autres pays souhaitent contribuer bénévolement au contenu. Leurs propositions seront étudiées puis des orientations suivront pour celles retenues. Des radios qui voudront diffuser le magazine sont libres de le faire après autorisation officielle. Donc, la porte est grandement ouverte pour tous ceux qui croient au changement et veulent y contribuer sans réserve. Je serais particulièrement ravi de recevoir des reportages radios de fond venant de partout.

Peut-être que certains voudraient déjà avoir une idée de comment ça se déroulera. Je préfère vous laisser le découvrir au moment opportun. Mais beaucoup des jingles s’inspirent de ceux de l’Atelier des médias. En vrai, Je n’ai rien plagié, mais je me suis tout simplement inspiré des grands. Eh, je risque de vous filer tous les secrets. Arrêtons-nous par là et rendez-vous en 2013 ! Je rappelle que ceux qui souhaitent participer d’une manière ou d’une autre le fassent savoir en commentaire ici. En attendant, on reste ensemble !

Par Gaïus Kowene