5 points clés du discours de Joseph Kabila au Congrès Congolais

Joseph Kabila, président de la RDC (Crédit photo: radiookapi.net)

Joseph Kabila, président de la RDC (Crédit photo: radiookapi.net)

Le président de la RDC, Joseph Kabila a répondu aux recommandations des concertations nationales dans un discours qui a duré plus d’une heure devant le congrès.

Dans la salle, on notait la présence de deux invites spéciaux : le président Denis Sasu du Congo Brazza et Nkosazana Zuma, chef de la commission de l’Union Africaine.

J’ai choisi pour vous 5 points qui donnent ce que je crois être l’essentiel de ce discours. Je les place ici dans l’ordre chronologique (pas de pertinence).

1. Lutte contre les violences sexuelles

Le président de la République démocratique du Congo a promis de s’investir personnellement dans la lutte contre les violences sexuelles et l’utilisation des enfants soldats. Il nommera ainsi très prochainement un représentant spécial pour s’assurer que les auteurs de ces crimes contre l’humanité et crime de guerre soient poursuivis.

2. Mesure de grâce et ouverture politique

Dans son discours, le président Joseph Kabila a dit avoir signé le matin même une mesure de grâce pour tous les prisonniers politiques. Son objectif: recréer un climat de confiance entre les acteurs politiques.

Ceci va de pair avec son ouverture politique qui sera concrétisée par la création d’un gouvernement d’union nationale. Des membres de l’opposition, de la majorité présidentielle et de la société civile pourront ainsi se mettre ensemble et « prendre du miel du pays ».

3. Imposer le respect du genre et de la parité

Le président de la république a proposé que pendant les élections, les parties politiques présentent une liste des candidats avec 30% des femmes. Sauf qu’être candidate n’est pas la garantie d’être élue. C’est comme ça qu’il demande d’étudier la possibilité de voir comment rendre un siège par circonscription électoral obligatoire pour une femme.

4. Pas d’affairisme ni d’enrichissement illicite

« Quand il faut servir le drapeau et les affaires, le premier finit par en partir », pense Joseph Kabila. Pour lutter contre l’affairisme des militaires ou policiers, la corruption et l’enrichissement illicite des membres du gouvernement, le président Congolais nommera prochainement un conseiller spécial pour s’en charger.

5. Décentralisation progressive

Plusieurs fois, la question de la décentralisation créé des grognes au sein des populations. Joseph Kabila a promis de procéder de façon progressive à l’autonomisation des provinces.

Il compte éradiquer les groupes armés Congolais et étrangers et aussi accorder une attention particulière aux personnes vivant avec un handicap, comme les personnes âgées.

Lire l’intégralité du discours de Joseph Kabila

 

Goma : un paradoxe bouleversant !

Goma (DRC) 2008-10 par sic!]ut.at via Flickr, CC.

Ce jeudi 6 décembre, une manifestation était prévue pour saluer le retour des autorités provinciales à Goma, dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Le maire de la ville l’a finalement annulé à la dernière minute, alors qu’ine pétition circule en ce moment même pour exiger la démission du gouvernement. Comment différencier les initiatives de la population des manipulations politisées ?

La semaine dernière, une manifestation du même genre était organisée pour « soutenir le M23 ».  Ce dernier nie toute implication dans l’organisation de cette marche et l’attribue à la société civile. Pourtant, pendant le règne du M23 à Goma, le président de la société civile du Nord Kivu n’était pas dans la ville. Les journalistes internationaux présents à Goma avaient été formellement invités par le M23 à couvrir cette marche dite « de soutien ». La veille, des messages étaient diffusés dans des quartiers par un mégaphone, obligeant la population à tout abandonner pour cette marche. La manipulation pure et simple de la population semble évidente.

Samedi dernier, le M23 s’est retiré de la ville après une pression de la CIRGL, une organisation régionale. L’administration légale, l’armée et la police nationale Congolaise sont maintenant de retour à Goma. Un communiqué est actuellement diffusé sur la Radio Télévision Nationale Congolaise, RTNC/Goma, annonçant une journée sans activités ce jeudi. Les entreprises publiques et tous les autres services doivent manifester pour accueillir les autorités provinciales. Interrogé sur sa participation à cette marche, un jeune de Goma lance :

« Ils ont tous fuis quand ça chauffait ici ! Pourquoi manifester pour les accueillir ? Mais je serais là seulement pour la bière des manifestants. »

A part ces communiqués, des sensibilisations au sein des communautés tribalo-ethniques pourraient contribuer à la réussite de cette marche. C’est ce que nous révèle Fiston, étudiant à l’Université de Goma :

« Un ami du Kyaghanda (cadre d’échange de la communauté Yira, Ndlr) m’a dit que les sages de notre communauté seront là. Pour montrer que notre communauté a aussi des jeunes, je me présenterais à cette marche. »

Le paradoxe bouleversant, c’est cette pétition qui circule dans Goma au même moment, initiée par certains partis politiques de l’opposition et d’autres de la majorité présidentielle. Sa visée principale : la démission du Gouverneur de la province du Nord Kivu et son gouvernement. Maître Jean Paul Lumbu Lumbu, l’un des initiateurs de la pétition justifie leur décision :

« Nous avons commencé par évaluer la situation générale de la province. Nous avons constaté que beaucoup des choses ne marchent pas bien. »

Les initiateurs de cette pétition accusent le Gouverneur Julien Kahongya  de leurrer l’assemblée provinciale pour brouiller le contrôle parlementaire. « Il est difficile de contrôler la gestion financière de la province », se plaint maitre Lumbu Lumbu. Au vu des signatures récoltées, les initiateurs de cette pétition disent avoir le soutient du peuple.

Avec autant des manipulations de la jeunesse, la vraie version des jeunes est difficile à élucider. Difficile aussi de différencier une initiaitve de la population d’une manipulation de politiques adulés…