RDC: Historique de la ville de Goma

Le rond point Signers à Goma, dans l'Est de la RD Congo

Le rond point Signers à Goma, dans l’Est de la RD Congo

Goma est une ville touristique situé entre le lac Kivu et le volcan Nyiragongo, dans l’Est de la RD Congo. Elle est à la frontière avec la ville Rwandaise de Gisenyi. Cette ville a été d’une importance particulière pour les différentes grandes rebellions de la région (AFDL, RCD, CNDP et M23). Mais, comment est-elle devenue une si grande agglomération ?

Le journaliste Congolais Cyprien Miburo Bara (+ de 26 ans d’expérience) a travaillé sur la monographie de cette ville. Il nous l’explique dans ce billet.

Tout commence en 1886, quand l’explorateur Götzen suivait les traces d’un missionnaire en provenance de la cote orientale l’Afrique. Pendant qu’il se rendait au Rwanda, il découvre un petit village des pécheurs appelé Ngoma (ce qui traduit signifie Tam Tam). Accompagné des indigènes par des pirogues, il découvre les iles d’Idjwi (dans le lac Kivu) et après, ce qu’est aujourd’hui la ville de Bukavu.

En ce moment, Ngoma devint un poste Belge en face de celui de Rubavu (au Rwanda) habité par les Allemands.

Au début, la cohabitation entre ces deux postes n’était pas facile. A un certain moment, les chefs coutumiers du Rwanda, en complicité avec les Allemands attaquent les Belges de Goma. Ces derniers se refugient à Bukavu et laissent les envahisseurs occuper la ville. Après des négociations, les Allemands replient vers le Rwanda et les Belges reprennent leur position initiale comme poste colonial.

L’afflux des colonisateurs dans ce village joue un rôle important dans son évolution pour devenir une grande agglomération. Les colonisateurs venaient d’installer le chef lieu du district Belge à Rutshuru ou vivait l’administrateur colonial. Le chef lieu passera de Rutshuru à Goma, pour se retrouver à Bukavu (au Sud Kivu) en 1954.

En ce moment, Goma reste un poste de transaction lacustre avec Bukavu qui était une ville minière. Plus tard, Rutshuru, Masisi, Kalehe, Gisenyi, etc. déverseront leurs populations dans Goma, à la rechercher de l’emploi au près des colonisateurs. C’est en cette période que vu le jour le quartier Birere (un bidonville de Goma) autour des entrepôts, bureaux et habitations des colons. Le nom Birere (littéralement feuille de Bananes) vient du fait qu’à l’époque, les gens y construisaient en feuilles des bananes.

Grace au fond indigène, les belges créeront un camp pour les travailleurs et y construiront des Maisons. En 1954, les Belges ont construit la route Goma – Sake (environ 30 km de Goma) pour faciliter le trafic routier. Certaines maisons construites à cette époque sont encore visibles aujourd’hui. Notamment à Byahi (vers l’aéroport de Goma), dans les quartiers Virunga, Offices, etc.

Depuis, l’explosion démographique a et le bon climat des affaires (au niveau locale, bien sur) a fait de Goma une grande ville touristique. Proche du volcan Nyiragongo et du Parc National des Virunga, cette ville abrite aujourd’hui  plus de 2 860,6 habitants (source : Monographie de la province du Nord Kivu par le ministère Congolais du plan en 200)