4 pre-requis pour combattre la corruption

Dans ce billet de blog, je partage avec vous les 4 choses qui ont attiré mon attention en parlant corruption pendant le Forum de la société civile organisé à Abidjan par la BAD.

Par Gaïus Kowene

Crédit photo: Gaïus Kowene

Crédit photo: Gaïus Kowene

Le 28 Mai dernier, j’ai pris part au Forum de la société civile Africaine à Abidjan. C’était en marge des assemblées annuelles de la Banque Africaine de Développement.

Dans ce billet, je vais donc partager avec vous 4 choses importantes qu’il faut absolument savoir sur la corruption pour bien la combattre. Bien sûr, j’y ai ajouté un peu de ma réflexion personnelle aussi (juste un peu).

Comme toujours, ceci n’est pas la parole d’évangile. Sentez-vous libre de dire ce que vous en pensez de façon constructive ici en commentaires.

1. La perception de la corruption est aussi importante que la corruption elle-même

Certaines personnes pensent que la corruption fait partie intégrante de la culture Africaine et que ce n’est pas si grave. « Nous avons toujours vécu ainsi et ça nous va » disent certains. « C’est la règle. Ça marche comme ça ici » diront d’autres.

Donc, avant même que la corruption ne soit là, notre perception d’elle détermine ce que sera notre attitude quand elle sera là. Si vous voulez lutter contre la corruption, c’est mieux de commencer par changer la perception que les gens ont de la corruption. Qu’ils arrêtent de la considérer comme un mode de vie ou comme une sorte d’identité culturelle ou de particularité de leur région.

2. Au-delà des chiffres, la corruption affecte des êtres humains

Je revois encore la blogueuse Ghanéenne qui a soulevé ce point. Certains dans l’audience parlaient beaucoup du scandale de la corruption au sein de la FIFA qui a fait intervenir des gros montants. Mais, sa question était :

« Pensez au malade qui ne peut être soigné a temps parce qu’il n’a pas d’argent pour corrompre. (Silence dans la salle). Pensez à cet élève qui ne peut passer ses examens seulement parce qu’il n’a pas corrompu. Pensez à cette mère de famille qui ne peut exercer son petit commerce car coincée par des gens qui exigent la corruption. »

Cet exercice mental a fait pris conscience au public que parler corruption n’est pas seulement parler des chiffres abstraits. C’est parler d’êtres humains dont le quotidien est sans cesse bouleversé par cette pratique.

3. Des OSC exigent la transparence dont elles ne font pas preuve

Même si ce point a fait rigoler beaucoup de gens dans la salle, c’est une des vérités qu’on ne se dit pas souvent. Il y a des organisations de la société civile qui critiquent le manque de transparence de leurs gouvernements ou de certains acteurs économiques. Mais, si on voit de près, ces organisations font exactement ce qu’elles reprochent aux gouvernements.

Participants au #CSOForumAbidjan (crédit photo: Cheikh Fall )

Participants au #CSOForumAbidjan (crédit photo: Cheikh Fall )

Donc, avant d’essayer d’endiguer le manque de transparence dans la gestion de la chose publique ou dans les transactions entre gouvernement et partenaires, commençons par le faire dans nos organisations respectives. Jouer au malin n’aidera pas à régler le problème.

4. Avoir une information, oui, et après ?

Nous sommes tous d’accord sur l’importance pour la population d’être informée de tout ce qui se passe, et plus particulièrement en matière de corruption. Mais, ça ne suffit pas. Il faut aussi développer la capacité de cette population à agir. Avoir une information qu’on n’utilise pas c’est comme pire que n’avoir aucune information. Et c’est ici que revient la question qu’un des panelistes avait posé : « Dénoncer la corruption et autres vices peut vous couter votre boulot. Etes-vous prêt à le perdre ? »

Nous sommes tous dans le même bateau. Soit nous mourrons tous, ou nous nous en sortons tous. Ne pensez pas que vous pouvez vous sauver seul en taisant des telles pratiques. Tôt ou tard, ça vous coutera cher. Quand on a des informations avérées et des preuves de la corruption, n’hésitons pas à en parler ouvertement et… si prudence s’exige, filer les documents a un site web de whistle blowing.

Et vous ??? Pensez-vous qu’il y a autre chose d’important qu’il faut savoir sur la corruption ? Sentez-vous libre de partager en commentaire ici. Tweetez aussi avec le hashtag #CSOForumAbidjan

Programme du forum de la société civile à Abidjan

Les organisations de la société civile prendront part à un forum pendant les assemblées annuelles de la Banque Africaine de Developpement, BAD, à Abidjan.

Par Gaïus Kowene

Drapeaux de la Banque Africaine de Développement dans les rues d’Abidjan. (Crédit photo : Eugene Buingo)

Drapeaux de la Banque Africaine de Développement dans les rues d’Abidjan. (Crédit photo : Eugene Buingo)

Je séjourne à Abidjan du 27 au 29 pour participer aux Assemblées Annuelles de la Banque Africaine de Développement, la BAD, qui fête aussi son cinquantenaire.

Abidjan ! C’est cette capitale de la Cote d’Ivoire, premier producteur du Cacao (ils ont maintenant une chocolaterie industrielle, hein !) et surtout…. la terre du coupé-décalé.

D’ailleurs, je dois avouer que ça me flatte de voir que des ivoiriens connaitre la musique Congolaise mieux que certains congolais.

Mais, ce qui m’a amené à Abidjan, c’est plutôt le forum des organisations de la société civile Africaine que la BAD organise ce Jeudi 28, en marge de ses assemblées annuelles sous le thème « L’Afrique et le nouveau paysage mondial ».

Poster CSO Forum 2015

Poster CSO Forum 2015

La cinquantaine d’organisations de la société civile participant à ce forum exprimera son avis sur les politiques de la banque et ses programmes de développement.

Avant de parler de la contribution de la BAD dans la lutte contre les changements climatiques, les participants partageront leurs expériences sur l’équité, la transparence et  la responsabilisation (accountability).

Bien que ce forum ne sera pas retransmit en direct sur youtube, l’audience virtuelle pourra suivre de près et interagir grâce aux hashtags officiels de l’évènement qui sont : #CSOForumAbidjan et #AfDBam2015.

En parlant de hashtag, je twiterais les points chauds du forum à partir de mon compte @gkowene. Je vous recommanderais de suivre d’autres co-blogueurs qui feront de même, notamment Cyriac Gbogou, Cheikh Fall, Jemila Abdulai, Africa for Results et tant d’autres.

Si vous n’êtes sur place, vous pouvez, donc, télécharger l’intégralité du programme pour avoir une idée plus globale des assemblées annuelles.

En attendant, je continu à explorer cette belle capitale d’Afrique et vous enverra une tonne des billets.

5 cadeaux pour s’assurer une année réussie

Nature

Par Gaius Kowene

En cette période de fin d’année, je vois beaucoup de personnes faire le bilan des 12 mois passés. Dans tous les cas, il y a des hauts et des bas, des réussites et des échecs.

C’est surtout le moment de faire des résolutions pour l’année qui va commencer. Ce moment où l’on se promet de changer, de s’améliorer, bref, de passer à la vitesse supérieur. Malheureusement, les études montrent que 88% de ces résolutions échouent.

Bon, là n’est pas mon problème !

Que vous réussissez ces résolutions où pas, vous pouvez toujours vous assurer une année réussie, pleine de bonheur et surtout des miracles.

Des miracles ? Oui, des miracles ! Je ne veux pas parler de religion ou quelque chose de pareil. Je veux plutôt parler de ces occasions ou l’univers entier agira de façon inattendue en votre faveur, pour rendre vos désirs les plus fous réels.

Donc, déjà pour commencer, voici les 5 cadeaux que je vous propose d’offrir des maintenant et pour le restant de votre vie. C’est gratuit, mais vous rembourse au centuple.

1. Donnez l’amour

Je ne veux pas rentrer dans des définitions livresques expliquant ce qu’est l’Amour. Je comprends l’Amour comme un sentiment profond, je veux dire qui va au delà de l’affection et de l’attachement à un être ou un objet. C’est le plus beau, grand et meilleur cadeaux que vous puissiez donner en cette période et tout au long de votre vie restant !

Je vous invite donc à être Amoureux (avec A majuscule). Une question me traverse la tête : pourquoi limiter votre amour à un individu, un groupe d’individu ou des choses alors que vous pouvez l’offrir à tout l’univers ? J’ai bien dit l’Univers hein ! Pas seulement à la planète terre. Aimez la vie, aimez sincèrement les gens sans préjugés. Je veux dire, ressentez cet amour au plus profond de vous et relâchez-le !

Offrez votre Amour régulièrement et vous recevrez autant ! Vous vous imaginez ce dont un homme est capable pour une femme qu’elle aime vraiment ? Eh bien l’univers, je répète bien l’univers et non la terre, est capable de beaucoup plus pour vous si vous abondez en Amour !

Allez, donnez l’amour, le vrai amour sans préjugé ni arrière pensée ! Sans rien attendre de retour ! Aimez tout, même vos bêtises, vos échecs, vos insuffisances, vos ennemis ! Juste, aimez ! Et l’univers sera votre complice ! Les gens autour de vous diront que vous avez de la chance et d’autres que vous êtes devenu sorciers. Ne croyez pas en ce que je viens de vous dire ! Testez et vous m’en direz des nouvelles !

Choisir entre la peur et l’amour. Une vidéo de Lilou Macé

2. Donnez l’attention

Quand je parle de l’attention, je me souviens du roman La solitude du Vainqueur de Paulo Coelho, où l’un des personnages assassine une fille innocente en pleine rue. Mais, comme c’est chacun dans son chacun, personne ne l’a vu. Les gens étaient occupés à faire leurs affaires sans accorder l’attention à leur environnement. Un garçon était concentré à écouter de la musique sur son ipod avec écouteur, un couple des vieillards étaient trop occupés à se faire des témoignages d’affections, etc… et quelqu’un mourait juste a coté !

Si vous ne le saviez pas, vous ne faites pas partie d’un environnement quelconque ! Vous êtes cet environnement ! Si vous vous permettez de l’ignorer, vous serez surpris par tous les coups bas que vous recevrez de lui !

The real you, qui êtes vous réellement? Un vidéo d’Alan Watts

Donc, l’autre cadeau que vous pouvez offrir en cette période et le restant de votre vie est bel et bien l’attention !

Accordez de l’attention à toutes ces personnes qui en ont besoin autour de vous ! Pas seulement aux personnes bien sapés ! Même à ces personnes que tout le monde évite, offrez-leur de l’attention au delà du nécessaire ! Mettez-vous à leur place ! Qu’est-ce que vous aimeriez que quelqu’un qui vous regarde dans cette situation fasse pour vous ? Je vous assure, vous agirez de façon automatique, sans que quelqu’un n’ait à vous dire quoi faire.

Allez, je sais que vous êtes très occupés, vous avez beaucoup de choses à faire, mais, offrez de l’attention à ceux qui en ont besoin et même à ceux qui pensent ne pas en avoir besoin ! Ça changera votre vie !

 3. Envoyez une pensée

C’est ici que certains me trouveront un peu fou peut-être ! Mais, je me demandé : est-ce que votre objectif est de donner ou bien que la personne sache que vous avez donné ?

Ici, c’est quand vous êtes seul dans votre moment d’intimité avec vous-même (si vous en avez au moins). Alors, pendant ce temps précieux que vous vous donnez, envoyez une pensée a une personne précise ! Visualisez cette personne très heureuse, en forme, pleine de self confidence, souriante et tout ! Ressentez ça et accrochez-vous à cette pensée pendant un moment !

Je sais qu’au debout ca ne sera pas facile parce que l’homme a près de soixante milles pensées par jour ! Alors, si je vous demande d’en offrir un seul, ce n’est quand même pas grand-chose ! Pourtant, ca vous rapportera beaucoup ! Testez ce qu’on appelle Le pouvoir de la compassion ! Je peux vous garantir que vous aurez une vie miraculeuse, pour ne pas dire magique !

 4. Donnez un regard !

Dans ce monde où les gens sont occupés, peu sont ceux qui pensent à donner un regard gentil à leur entourage ! Mettez votre ordinateur de coté ou éteignez carrément votre Smartphone pendant ces 15 minutes ! Offrir un simple regard doux à toute personne qui vous rencontre changera et la personne et vous-même ! Mais, attention, je ne parle pas ici d’un regard suggestif, avec des arrière-pensées ! Je parle d’un regard franc, honnête, ouvert et ouvre le cœur au monde ! Si vous ne le saviez pas, offrir un regard à une personne est un moyen de se connecter à la personne, être dans une harmonie impossible avec elle. Je ne parle pas de regard menaçant ! Un regard doux, le genre de regard qui berce, qui noie !

C’est gratuit ! Offrez un regard en cette période et tout le restant de votre vie a votre entourage ! Ca fait du bien !

 5. Offrez un sourire

Ça, tout le monde qui m’a déjà rencontré sait que je suis champion en ça ! Commencez même maintenant ! Souriez ! Oui, juste pour rien comme ça ! Offrir un sourire chaud créé une ambiance unique ou vous êtes ! Les gens voudront rester avec vous longtemps et ne vous oublieront jamais !

Souriez à tout moment, peu importe les circonstances ! Juste, souriez ! C’est une clé magique pour vous ouvrir toutes les portes sans aucun effort ! Souriez à tout le monde et à tout temps !

RDC : comment fabriquer un rebelle ?

La République démocratique du Congo compte plus de 50 groupes armés qui se livrent à de graves violations des droits de l’homme.

Mais, attention, ces groupes armés sont aussi un moyen pour beaucoup de citoyens de survivre. Certains me diront : « Mais… garçon, tu as perdu la tête ? »

En vrai, pas du tout ! Les grandes entreprises internationales et le gouvernement confisquent tous les revenus. Le Gondwanais « lambda » n’apprend qu’à l’école que son pays est riche en sol et sous-sol ! Pour se retrouver, certains décident de rejoindre des groupes armés à caractère tribaloethnique.

Alors, je ne donne ici qu’un bref aperçu sur comment on arrive à créer un groupe armé influent.

Petite précision : Je ne suis pas membre d’un groupe armé ! Cet article vient du temps que j’ai passé à effectuer des reportages sur des groupes armés comme la rébellion Mouvement du 23 Mars (M23), l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) et différents groupes Maï Maï dans le Grand Nord (Nord du Nord-Kivu).

Règle 1 : Apprenez votre histoire

Connaitre l’histoire de votre tribu vous permettra de la manipuler pour vos intérêts. Consultez les vieux sages et ils ne manqueront pas de trouver une mésentente avec les voisins (ce qui est normal).

Règle 2 : Victimisez-vous !

Se victimiser marche souvent ! Ça permet de montrer aux « notables » de la communauté que votre tribu est une espèce en voie d’extinction. Vous avez automatiquement leur soutien.

Se victimiser tente aussi des personnes qui ne sont pas de votre tribu de se joindre à vous pour « contre carrer un plan dévastateur des voisins. »

C’est quoi ce plan même ? Il n’existe que dans les mythes.

Règle 3 : Préparez vos futurs cadres

Si vous démarrez une rébellion, vous ne devez pas y être vu, ni de près, ni de loin !

Voilà pourquoi vous devez convaincre les notables de votre communauté et ceux de la diaspora d’octroyer des bourses d’études à l’étranger aux jeunes de votre village. Que doivent-ils étudier ? Tout ce qui a trait à la politique, à l’armée, à la balistique, l’aéronautique, la programmation informatique, etc.

Au départ, ne dites rien ! Dites tout simplement qu’ils ont mérité ! Comme ça, vous créez une dette morale en eux. Ils n’hésiteront pas à utiliser ces connaissances pour « sauver » la tribu qui a fait d’eux ce qu’ils sont.

Veillez à rester dans l’ombre. Mettez ces jeunes à l’avant-plan.

Règle 4 : Excellez en évangélisation

Cette viellie technique utilisée par des Européens en Afrique marche encore aujourd’hui. Devenez un grand révérend pasteur. Les Africains croient beaucoup en « Dieu ». Il suffit de trouver quelques versets dans la Bible ou le Coran pour le convaincre. Après tout, il a appris depuis sa naissance à ne pas blaguer avec « Dieu ».

Formez aussi des « enfants » spirituels. Même Nicholas Machiavel l’a dit : la religion permet de gagner gratuitement un certain pouvoir, une certaine autorité, une bonne crédibilité.

Quand vous êtes évangéliste, même de grands décideurs du pays ou du monde n’hésiteront pas à  vous recevoir facilement.

Du coup, vous gagnez en contacts et relations !

Règle 5 : Prenez le contrôle de l’économie de votre région

Soit vous contrôlez des carrières de minerais ou vous influencez les grands commerçants de la région. Ce n’est pas impossible même si vous ne venez de nulle part.

S’ils reconnaissent en vous une bibliothèque de l’histoire, donc un sage (voir règle 1) et/ou un guide spirituel (règle 4), ils feront sûrement tout ce que vous leur direz !

Il suffit de se trouver un argument, convaincant ou pas, montrez-leur que votre tribu est en danger. Comme leurs intérêts en dépendent, ils vous rejoindront !

Et quand vous avez l’économie, la politique ne peut que venir vers vous.

Dix athlètes congolais disparaissent en France : à qui la faute?

« Je viens d’apprendre que des athlètes congolais se rendront en France pour les Jeux de la Francophonie. Sans m’interroger sur leur performance, je me demande déjà combien vont rentrer au pays».

Voila une question que posait il y a peu mon Senior Cédric Kalonji sur son mur Facebook.

Athletes Congolais

Ce n’est plus un secret, au totale 10 athlètes congolais partis aux Jeux de la Francophonie ont disparu. Il s’agit de toute une équipe féminine de Basket (7), deux cyclistes et un footballeur.

« Nous allons les chercher parce que nous avons leur passeport », se consolait le chef de la délégation.

Pourquoi ils se volatilisent dans la nature ?

Cette énième disparition des Congolais en Europe, est-elle une preuve de plus pour que la Maison Schengen refuse aléatoirement des visas a tout Congolais qui veut se rendre en Europe ?

Je voudrais bien commencer par le début du commencement. D’où viennent les idées de s’échapper et rester sans papier en Europe ?

Mon Senior Cédric Kalonji a parlé des pressions familiales et celles de l’entourage dans son kit de survie pour sans-papiers. Ceux qui auront un peu de temps peuvent y passer.

Mais, moi je voudrais bien m’attaquer a la racine du problème et me pose la question : pourquoi la famille ou les amis mettent-ils la pression à ceux qui partent en Europe pour y rester à n’importe quel prix ?

La responsabilité de la Maison Schengen

Certains le trouveront peut être illogique, mais moi, j’aimerais bien blâmer la Maison Schengen. Cette maison ayant une représentation à Kinshasa traite les demandes de visas avant de les envoyer à l’ambassade. Question de limiter la migration clandestine et dénicher des potentiels Ngulu (Ndlr : des sans-papiers confirmés ou candidats).

Toutefois, cette maison traite (ou presque) les demandes des visas des Congolais avec beaucoup de subjectivité et préjugés raciaux. A Kinshasa, avoir un visa Schengen, c’est comme avoir un billet d’avion d’Air Ciel pour t’emmener chez Dieu. Voilà où je m’attaque a la Maison Schengen.

Elle a construit un mythe autour de l’Europe et du visa. Sans parler des complications qu’il faut pour avoir ce visa, la Maison Schengen prédispose les Congolais à s’échapper une fois en Europe.

La loi d’attraction stipule : « Plus tu penses a quelque chose, plus tu l’attires vers toi ». Voila, quoi ! Des pauvres basketteuses innocentes n’ont aucune idée de ce que c’est être un sans-papier. Elles n’ont aucun plan pour s’y prendre et réussir sans se faire avoir.

Mais, quand on les informe que leurs amis n’auront pas le visa parce qu’ils pourront disparaitre en Europe, eh bien, ca éveille leur curiosité !

« Ah bon ! Donc, une fois arrivé on peut se volatiliser dans la nature et devenir mikiliste (Ndlr : habitant de l’Europe ou de l’Amérique) ! ».

Elle commence à prêter oreille aux commentaires des connaisseurs du quartier. Ces derniers vont la convaincre que rentrer au pays, c’est « rentrer en faire après des vacances au paradis », comme l’a expliqué Cédric.

Eh oui, Ils ont raison. S’ils savent qu’on peut y aller et rentrer aussi facilement qu’on part à Brazzaville, ça n’aurait aucun sens pour eux d’y rester. Mais, quand ils savent qu’obtenir ce visa n’est pas chose facile, c’est logique de ne pas risquer en rentrant au pays sans garantie d’obtenir le visa prochainement.

Priver tous les Congolais des visas pour l’Europe ?

Je ne suis d’accord avec ceux qui pensent qu’il faut priver tous les Congolais de leur droit inaliénable de libre circuler suite au comportement de ces athlètes. Ceci reviendrait à vouloir punir tous les Allemands pour les massacres d’Hitler. C’est comme vouloir punir tous les Ougandais pour les crimes d’Idi Amin. C’est comme vouloir détester tous les Européens suite aux bavures de la seule Maison Schengen !

Voir la demande de visa d’un Congolais et directement en conclure qu’il ne reviendra est une violation flagrante et grave des droits de l’homme. C’est au contraire renforcer le mythe sur l’Europe et éveiller la curiosité de beaucoup à tenter l’expérience.

Ce que la Maison Schengen devrait faire

Mon conseil à la Maison Schengen : « Laissez le Congolais venir voir ce qu’est la vie en Europe. Laissez-le venir voir combien des chômeurs il y a en Europe. Laissez-le venir voir de lui-même quel genre de travail ses frères sans- papiers font pour gagner un peu d’argent. Laissez-le venir vivre de lui-même cette prison dans laquelle les sans-papiers s’enferment pendant des années pour éviter d’être repérés par police.

Enfin, laissez-le rentrer au pays voir comment ceux qui sont rentrés ont investi, gagnent beaucoup d’argent et vivent l’Europe chez eux.

Vous aurez réglé le vrai problème sans pénaliser inutilement tous ceux qui ratent des bourses d’études, des conférences, des spectacles d’art, des échanges interculturels, etc. »

Je rappelle que ma pétition pour demander à la Maison Schengen de ne pas priver aléatoirement des innocents des visas est toujours en cours. Si vous connaissez l’histoire de quelqu’un qui a raté une grande opportunité suite à cette discrimination raciale de la Maison Schengen, Merci de signer et faire signer la pétition #StopSchengen visa facile pour tous.

Nous ne demandons pas la fermeture de la Maison Schengen ou la suppression des visas vers l’Europe. Ce que nous réclamons, c’est la dignité, le respect que nous méritons !

Par Gaius Kowene

Brigade d’intervention : les humanitaires sont prêt!

Imane Cherif, chargée de l’information publique au Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires humanitaires, OCHA, au Nord Kivu, RD Congo

Imane Cherif, chargée de l’information publique au Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires humanitaires, OCHA, au Nord Kivu, RD Congo

Dans un futur proche, la Brigade d’intervention des Nations unies  amorcera ses opérations offensives contre les groupes armés dans l’Est de la RD Congo.

Ces affrontements pourraient avoir des conséquences humanitaires énormes. Les humanitaires œuvrant dans la région se disent prêt à intervenir.

Lire la suite sur Mutaani.com

RDC: si Goma panique, qui profite?

La presse couvrant l'investiture de Bertrand Bisimwa a la tête du M23 a Bunagana, RD Congo

La presse couvrant l’investiture de Bertrand Bisimwa a la tête du M23 a Bunagana, RD Congo (Credit photo: Gaius Kowene)

« Vous devez immédiatement rentrer chez vous à la maison et rester prudent. La situation n’est pas bonne dans la ville. »

« Nous pouvons entendre des détonations. Il y a la guerre ici ! »

Ce sont la quelques une des phrases que vous pouvez entendre dans la ville de Goma, dans l’Est de la RD Congo. Elles se transmettent rapidement de bouche à oreille, via messageries sms et surtout sur les réseaux sociaux. Qui est a l’origine de cette psychose ? Avec quel intérêt ? Comment éviter de se faire manipuler pour des intérêts égoïstes ?

Depuis plus d’une décennie la province du Nord Kivu est en guerre. Des affrontements opposent différents groupes armés nationaux et étrangers.

Mais cette guerre n’est pas que militaire. Elle est médiatique et surtout psychologique. Des groupes armés en profitent pour dominer le mental des habitants et les faire oublier de résister.

Comment crée-t-on cette panique ?

Ces groupes armés utilisent plusieurs méthodes pour atteindre cet objectif. Je ne vais en citer que trois (3).

La première, celle qui réussit souvent est d’alerter les medias les plus suivis de Goma. Leur sympathisants envoient des messages aux medias et se disent prêt a témoigner de la situation qui prévaut dans leur région. Mais, en réalité, ils ventent ces groupes armés, donnent aux gens l’idée qu’ils sont  hyper forts, lourdement armés, bref, invincible !

Malheureusement, il y a de ces journalistes qui se précipitent pour diffuser des scoops, sans prendre le temps de traiter comme il se doit l’information. C’est un témoignage de la base, oui, mais qui est derrière ? Avec quel intérêt ? En journalisme, aucune information ne doit être prise pour argent comptant ! Même si elle vient des « bouches autorisés ». Quand le journaliste ne fait plus son travail de traitement sérieux de l’information, les belligérants savent le manipuler pour qu’il leur serve de haut parleur. Ainsi, il les aide (consciemment ou pas) à atteindre leur objectif : Dominer d’abord l’esprit des habitants et leur corps ne fera que se soumettre.

La deuxième méthode utilisée pour créer cette psychose, c’est de se fabriquer des mythes et les diffuser par la voie des réseaux sociaux et le bouche à oreille. Tel officier à échapper a une tentative d’assassinat, Tel General est mortellement blessé (après on le voit en bonne santé), Tel groupe projette d’attaquer tel jour, autant des membres de telle milice se sont déjà infiltrés a un tel endroit, etc…

Parfois c’est vrai. Mais, souvent c’est une façon de créer le débat en ayant déjà corrompu la façon de raisonner de la population. Du coup, elle panique et donc, se prépare à se soumettre à une nouvelle « autorité ».

La troisième méthode est de créer une incompréhension qu’on fera semblant de maitriser après. Cette technique marche toujours. Les journalistes qui font du News y sursautent : appels téléphonique, déplacements pour interview, etc….

Pendant ce temps, la population croit qu’il y a une Vrai incompréhension vu qu’il y a mort d’hommes. Oui, il y a mort d’hommes ; mais lesquels ? Des gens dont on a plus besoin, des gens d’une ethnie dont on veut se débarrasser, des gens « inutile » pour eux. Qu’ils meurent ou pas, ca n’affectera en rien le groupe armé. Au contraire, ca déplace des populations, ce qui oblige les humanitaires a intervenir et donc, a parler du groupe Rebel aux plus hauts niveaux.

Des mains noires bien connus sont derrière cette psychose qui règne dans la ville de Goma. Ils le font pour leur intérêt bien connu.

Se permettre d’amplifier cette panique, c’est accepter de servir d’idiot utile a ces personnes bien connus.

Par Gaïus Kowene

Liebster Blog Award 2013: Ma première nomination!

Je viens d’etre nominé par ma collegue Nora Noviekou au Liebster Blog Award 2013.

LiebsterBlogAward

Le Liebster Blog Award est une occasion pour des blogueurs de nominer ceux dont ils reconnaissent la bravoure. La particularité c’est qu’il n’y a pas de jury. Vous êtes votre propre Jury. Liebster signifie « le plus aimé ». Liebster Blog Award signifie donc  «Prix du Blog Aimé ». Sur internet, je n’ai pas pu trouver son historique ni un lien officiel.

Pour participer, la première règle est d’écrire 11 faits sur soi ou sur son blog. Ensuite, vous répondez aux questions vous transmises par celui qui vous a nominé. A votre tour, nominez 11 personnes et composez 11 questions de votre choix pour ces heureux lauréats. Informez ces personnes que vous venez de les nominer en postant un commentaire et le lien de votre article sur leurs blogs.

Attention, ne nominez pas celui qui vous a nominé.

Maintenant que vous savez quelque chose sur ce Liebster Blog Award, on y va !

Tout d’abord, 11 faits sur moi. C’est en quelque sorte ma biographie.

  1. Je m’appelle Gaïus Vagheni Kowene, jeune journaliste et blogueur indépendant vivant à Goma, en RD Congo.
  2. Je viens d’une famille pauvre, sans référence. Voilà pourquoi je me suis toujours battu pour réussir dans tout ce que je fais pour être cette référence. Que mes proches soient fiers de l’être et que tous ceux qui me côtoient s’en réjouissent.
  3. Je suis accro à l’internet et à la radio. C’est pourquoi j’ai rejoint la Web émission participative L’Atelier des Médias.
  4. Je suis Témoins de Jéhovah et fait tout pour le rester. Toujours positif, je vois mes problèmes comme des sources de solution à mes vrais problèmes.
  5. J’ai du talent dans différents domaines dont le cinéma (réalisation), la musique (guitare, piano et slam).
  6. J’aime apprendre tout ce que je peux et toquer sans peur à toutes les portes. Ou ça tient, j’entre.
  7. J’ai toujours considéré les relations comme étant hyper important. Souvent, je travaille bénévolement pour des causes nobles.
  8. Je me considère comme étant le rêve Africain et me mets dans l’obligation de l’honorer.
  9. J’aime le multiculturalisme et l’échange d’expérience.
  10. Je m’oppose farouchement à toute personne qui veut me faire reculer.
  11. Je reste ouvert à toute proposition, suggestion, remarques.

Ensuite, mes reponses aux questions de celle qui m’a nominée.

1-      Quel est le nom de votre blog et quel est votre message phare que vous passez?

Mon blog s’appelle Amka Afrika en Kiswahili, une langue parlée en Afrique de l’Est. Amka signifie Réveille-toi en Français ou Wake up en Anglais. Mon slogan est pour l’émergence et la prospérité de l’Afrique. Etant un artiviste (Artiste + Activiste), je lance des messages qui peuvent pousser les Africains à une révolution positive. C’est-à-dire voire leurs problèmes en face, mais surtout ne pas ignorer ses potentialités latentes. Je blogue sur les droits de l’homme, les questions de genre, démocratie, bonne gouvernance, des faits sociaux et des réflexions personnelles.

2-      Quelle est votre couleur préférée et pourquoi?

J’ai 3 couleurs préférés : Le bleu, le blanc et le noire. Dans tout mon habillement, vous trouverez au moins une de ces couleurs. Pourquoi? Parce qu’elles me rendent différents. Avec ces couleurs, je me sens moi.

3-      Quelle est votre chiffre préféré?

Mon chiffre préféré est 9. Parce que c’est au mois de Septembre que j’ai atteint mon rêve le plus fou : devenir un journaliste international. C’est pendant ce mois que j’ai pour la première fois écrit et fait des reportages pour la rédaction Afrique de la Radio Netherlands Worldwide.

4-      Quel est votre vœu le plus cher?

Mon vœux le plus cher est d’être capable d’aider le plus des gens possibles à atteindre leur rêves. Il suffit d’y croire dur comme fer, de travailler sérieusement pour y arriver et de rester patient.

5-      Quel est votre côté négatif et sur lequel vous pensez que vous devez travailler?

Mon côté négatif sur lequel je dois travailler est le fait de toujours me considérer comme un guerrier à tout moment. Cet état est à l’origine de mon manque de confiance envers tout le monde, même mes parents y compris. Je planifie tout avec un plan B, C et D. Je soupçonne tout le monde d’être un potentiel danger pour ma percée et je reste donc sur mes gardes à tout moment.

6-      Quel est votre côté positif que vous pensez que les gens apprécient ou que vous même vous appréciez?

C’est ma pensée positive. J’ai toujours été positif, souriant, même devant des situations calamiteuses. J’ai toujours été convaincu que je peux atteindre mes objectifs, quelque soient les obstacles que je considère comme source de solution. Je crois en moi et en mon avenir.

7-      Qui pourriez-vous considérez comme votre grand mentor dans votre développement personnel?

C’est le Français, Comorien d’origine, Soprano. Dans toutes ses chansons, il a toujours montré qu’il est venu de zéro, a traversé vents et tempêtes et est aujourd’hui grand. J’y ai cru et je suis en voie d’être aussi grand, alors que venu de nulle part. Voici son remix de la chanson Moi président de la république en featuring avec François Hollande

8-      S’il vous ait donné de changer une chose dans votre existence, laquelle changeriez-vous?

Je ne changerais rien. Je suis très content de tout ce que je suis et de tout ce que j’ai, même mon point négatif. Car il m’aide à surprendre tous ceux qui sont mal intentionnés.

9-      Quelle est votre citation préférée?

Ma citation préférée est de Martin Luther King “I have a Dream”. Ça me donne envie de répondre “I am the Dream.”

10-  Si vous devriez vous représenter par un symbole dans cette vie, par quoi vous vous représenteriez et pourquoi?

Je me serais représenté par une toile d’araignée pour montrer que je suis ouvert.

11-  Que pensez-vous de la jeunesse et le panafricanisme?

C’est parmi les causes que je défends. La jeunesse est une force qui s’ignore ou se néglige tout simplement. Les autres savent que si les Africains arrivent à s’unir, ils contrôleront tout et même leur métropole. Voilà pourquoi ils bloquent le Panafricanisme, faisant croire que c’est une illusion. Faux, ne tombez sous leur propagande. Nous pouvons y arriver ! Yes, we can !

liebsterawardPour mes nominations, il n’y a aucun Mondoblogueur. Je sais que cette famille dont je fais partie me comprendra. J’admire le courage de ces bloguers et souhaite vivement qu’ils élargissent leur audience. Contrairement à la quasi-totalité des Mondoblogueurs qui ont déjà une audience assurée. Je nomine :

Le blog Ituri News de Joel Bin Maraeki

Le blog Actu du Kivu de Charly Kasereka

Le blog de Chantal Faida

Le blog Kwetu Sport de Christian Kamalebo

Le blog Kivu arts de Methode Kitunda

Le blog Ambiance Congo de Jacques Matand

Le blog Kivu News de Fiston Mahamba

Le blog de Yves Zihindula

Le blog de Saskia Houttuin

Le blog Picha na Mazungumuzo de  Alain Wandimoyi

Le blog Au bercail de Eugide Lalée Mbunda

Vous êtes parmi les nominés? Merci de répondre à ces questions et de poster les réponses sur votre blog. A votre tour, nominez 11 personnes et posez 11 questions.

  1. Comment avez-vous commencé à bloguer?
  2. A votre avis, quel est le rôle des radios locales dans l’éducation des communautés sur les nouveaux médias dont le blogging que vous faites?
  3. En  quoi votre blog est-il utile aux internautes?
  4. Qu’est-ce que votre blog apporte de nouveau sur le web?
  5. Quelles sont les astuces que vous utilisez pour réussir à bloguer?
  6. Quelle contribution pensez-vous que les compagnies téléphoniques en Afrique peuvent apporter pour soutenir le monde du blogging?
  7. Quelles sont les sujets qui vous intéressent le plus sur internet?
  8. Qu’est-ce qui vous déplait le plus dans un article sur internet ?
  9. Quelles outils (sites web ou applications) utilisez-vous le plus pour rendre un service impeccable aux internautes?
  10. Comment pensez-vous gagner de l’argent grâce à votre blog?

11. Quelles sont vos rêves en bloguant?

Tout ce que vous avez à faire c’est de répondre à ces questions et poster les réponses sur votre blog. Ensuite, nominez 11 personnes de votre choix et posez les 11 questions.

Bonne chance !

Patrick Bassham et sa vision de la littérature Congolaise

Le jeune poète et écrivain Congolais Patrick Bassham

Le jeune poète et écrivain Congolais Patrick Bassham

Jeune Poète et écrivain de la ville de Goma, à l’Est de la RD Congo, Patrick Basham écrit des bouquets d’amour. C’est une façon pour lui de s’attirer un public avant d’abord des problèmes sociaux. Il regrette le fait que beaucoup des producteurs s’intéressent plus à la musique qu’à la littérature, pourtant importante.
Sa vision est d’unir les jeunes poètes et écrivains Congolais pour une révolution littéraire. Il en parle dans cette interview accordée à Gaïus Kowene.

BOBs 2013 : Alimou Sow « croit en sa victoire »

Le blogueur Alimou Sow

Le blogueur Alimou Sow

Le Mondoblogueur guinéen est en finale des Best of Blogs 2013 et compte sur votre vote dès maintenant !

Par Gaius Kowene et Mamady Keita, à Dakar

Jeune Guinéen âgé de 32 ans, Alimou Sow  est diplômé en Administration générale. Mais sa passion pour la communication et le journalisme l’emporte sur tout le reste. Il est blogueur indépendant et collaborateur des grands medias internationaux en Guinée Conakry (Canal +, Jeune Afrique, etc.). Cette année, Alimou Sow figure parmi les finalistes du Concours Best of Blogs, organisé par la radio allemande Deutsche Welle. Les premières statistiques font penser que son blog Ma Guinée Plurielle remportera le prix « Meilleur blog Français » en 2013.

Par ce blog, Alimou Sow raconte des aventures personnelles, les réalités de la société en Guinée et la culture guinéenne. Ceci permet au monde d’avoir une vue globale de la vie en Guinée dont les médias ne parlent que finalement très peu.

Surpris d’être finaliste

« Je ne sais pas qui a inscrit mon blog à ce concours, s’exclame-t-il. Je pense fort que ça doit être l’un de mes lecteurs ». Convaincu par le talent et le savoir-faire du jeune Guinéen, le jury international du concours a sélectionné son blog, le 3 avril dernier, parmi les finalistes de cette édition de BOBs 2013. Une surprise pour lui : « Un ami avait repéré que j’étais finaliste et a publié le lien sur Facebook. C’est comme ça que j’ai su que j’étais finaliste. J’étais à la fois surpris et content. »

Victoire à l’horizon

De plus en plus d’internautes le soutiennent et votent pour son blog Ma Guinée Plurielle dans la catégorie du Meilleur blog Français. 72 heures après le lancement du vote le 3 Avril dernier, il était à la 5ème place sur la liste des 10 finalistes. Le 9 avril en fin de matinée, il était en tête du classement avec 30 % des suffrages exprimés. Le deuxième après lui n’en a que 22. « Je crois en ma victoire, affirme-t-il avec assurance. Cela sera une fierté de sortir de ce petit trou et susciter de l’espoir dans la jeunesse. » En remportant ce concours, Alimou succéderait en plus à un autre Mondoblogueur, le camerounais Florian Ngimbis, sacré l’année dernière.

Le message d’Alimou Sow à tous les internautes, c’est de solliciter le maximum des votes possibles pour reconnaître son dur travail.

Comment voter

Pour voter le blog Ma Guinée Plurielle de Alimou Sow, rendez-vous sur la page d’accueil du concours BOBs. Cliquez sur l’icone de Facebook ou Twitter et connectez-vous.

Sélectionnez la catégorie Meilleur blog Français et choisissez dans la case en bas Ma Guinée Plurielle. Cliquez sur « voter maintenant » et partagez votre choix sur Facebook ou Twitter. Encouragez vos amis à faire de même et à diffuser cette information au maximum possible. Particularité de ce concours : il est possible de voter tous les jours, jusqu’au 7 mai 2013.