Sénégal: Ndongo D lutte contre la corruption par le Rap

Ndongo D, jeune rappeur Sénégalais du groupe Daara-J Family, lutte contre la corruption par le rap. Il a travaillé avec le groupe ‘keur gui'(sakré corruption), instigateur du mouvement « Y en a marre » pour faire tomber le régime de l’ancien président Sénégalais Abdoulay Wade. Ils nous parle de sa motivation dans ce billet. Par Gaïus Kowene, à Dakar

Ndongo D en interview avec Gaïus Kowene à Dakar (Crédit Photo: Marthe Le More)

Ndongo D en interview avec Gaïus Kowene à Dakar (Crédit Photo: Marthe Le More)

Témoin de la corruption

Temps ensoleillé, le taxi bus est plein à craquer. Arrêt brusque, le chauffeur sort un billet d’argent et le passe au roulage. Sans aucun document aucun, il parcourt les rues de Dakar librement. L’artiste musicien Ndongo D voit la scène avec l’air inquiet.

« Ce gars n’a aucun document de contrôle technique, signale t-il. Et si ce véhicule était un cercueil roulant ? »

Rapeur et producteur, il décide de s’impliquer activement dans la lutte contre la corruption dans son pays. Son art est son arme.

Initiatives concrète

Premier cap, intéresser des artistes peu connus, mais talentueux de la banlieue Sénégalaise. Il arrive à en convaincre plusieurs. Ndongo D s’associe à la société civile locale pour faire bouger les choses. Celle-ci organise des ateliers et fait comprendre à ces jeunes artistes la corruption sous tous ses angles.

« Au départ, je croyais que la corruption ne se limitait qu’à la route et à la douane, se souvient Ndongo D. Avec ces formations, j’ai compris que la corruption est présente meme dans l’administration publique. Elle bloque tout développement ! »

Voilà de quoi activer sa rage.

Ensemble avec ses compagnons de lutte, ils consacrent l’album Sakré corruption à cette problématique. La chanson « Y’en bu diss« , du groupe sénégalais Fuk’n’kuk avec Crazy Cool, figure dans cet album paru en 2009. Ndongo D y pose sa touche et … la chanson cartonne ! Certains médias de la place la diffusent plusieurs fois.

La chanson Y’en bu diss à laquelle Ndongo D a participé

Lutte fructueuse

Cette lutte n’est pas sans effet. Elle a permis de préparer les bases solides du soulèvement des rappeurs contre l’ancien président sénégalais : le mouvement Y’en a marre.

L’opposition et la société civile le soupçonnait de vouloir s’éterniser au pouvoir par la mafia. Abdoulay Wade a perdu au deuxième tour contre son ancien premier ministre, Macky Sall. A peine au pouvoir, le nouveau président promet de s’investir dans la même cause.

Joie et vigilance

Pour ce rappeur, c’est une joie mêlée à de la vigilance. « Le travail n’est pas encore fini, rappelle Ndongo D. Nous attendons encore plus de changement de la part du gouvernement. »

Présentement, Ndongo D et son label Bois Sakré collaborent avec des artistes étrangers (comme Pierce Freelon des Étais unis, etc.). Objectif : renforcer l’échange interculturel et briser les préjugés pour une lutte beaucoup plus efficace.

[Ndlr : Une version vidéo de cette interview est en préparation. Elle fera partie du documentaire Mondoblog Tour réalisé par Marthe Le More.]

Patrick Bassham et sa vision de la littérature Congolaise

Le jeune poète et écrivain Congolais Patrick Bassham

Le jeune poète et écrivain Congolais Patrick Bassham

Jeune Poète et écrivain de la ville de Goma, à l’Est de la RD Congo, Patrick Basham écrit des bouquets d’amour. C’est une façon pour lui de s’attirer un public avant d’abord des problèmes sociaux. Il regrette le fait que beaucoup des producteurs s’intéressent plus à la musique qu’à la littérature, pourtant importante.
Sa vision est d’unir les jeunes poètes et écrivains Congolais pour une révolution littéraire. Il en parle dans cette interview accordée à Gaïus Kowene.

Secrets des Mondoblogueurs‏

Des mondoblogueurs en visite sur l'il de Gorée, au Sengal, Dimanche 07 Avril 2013. (Cc Alimou Sow)

Des mondoblogueurs en visite sur l’île de Gorée, au Senégal, Dimanche 7 Avril 2013 (Crédit photo : Alimou Sow)

L’art de bloguer peut s’apprendre à l’école de la vie et voici comment.

Par Gaïus Kowene, à Dakar

Plus de 60 000 visiteurs uniques surfent sur Mondoblog par mois depuis presque trois ans. Des blogueurs francophones pas extra alimentent régulièrement cette plateforme. Quels sont leurs secrets de réussite? Cinq d’entre eux nous en parlent dans ce billet.

 

Origine des idées

Nous commençons par la conception même. Comment touvent-ils des idées pour rédiger?

Il y en a qui les trouve de manière hasardeuse. C’est le cas de la Camerounaise Salma Amadore et du Congolais vivant au Brésil, Serge Katembera.

D’autres, par contre, creusent partout. « Pour trouver des idées, je pars des idées reçu, explique Limoune. Ensuite je rencontre des personnes stéréotypées. Parfois, je raconte mon expérience personnelle. » L’actualité sur internet et un esprit critique inspirent la Caribéenne Mylène Colmar.

Maintenant que l’idée est là, il faut commencer à rédiger son billet. « Ici, c’est la frénésie, » confie Serge. Salma tire de sa tête des phrases « piquantes » pour susciter le débat. Attention ! Elle a, toutefois, peur d’être inondée par des questions des lecteurs.
Mais comment arrivent-ils à capter l’attention des lecteurs?

L’humour est une arme

« Je ne pense pas qu’il y ait des potions magiques, » dit Limoune. Mais René Jackson, lui, a trouvé une astuce : « L’humour est l’arme principale de mes billets. » Ça relaxe un tout petit peu le lecteur et lui donne envie de revenir prochainement.
Et pour fidéliser ses lecteurs, la qualité du contenu reste la règle mère. Mylène Colmar fait encore plus. Elle nous l’explique : « Chaque fois que je publie un nouveau billet, je le leur dis sur des médias sociaux comme Facebook et Twitter ».
Elle s’efforce de répondre à chaque commentaire pour que ses lecteurs sachent qu’elle les lis.

La Radio Télévision Sénégalaise parle de Mondoblog au début de la fomation à Dakar, Sénégal, à partir du 06 Avril 2013 (Cc Basil Nianeful, RTS1)

Secrets aux futurs mondoblogueurs

Pour finir, nous leur avons demandé des « secrets » à livrer aux futurs mondoblogueurs.
« Écrivez quand vous avez envie et soyez claire, » conseille Salma.
Limoune met l’accent sur un autre point important : « n’écrivez pas ce que la presse a déjà dit ou comme elle l’a dit. Donnez la parole au citoyen sans discrimination. C’est la force de votre blog. »
Jackson, lui, résume son « secret » en 3 mots : passion, curiosité et conviction. Serge conseille de lire les blogs des professionnels et essayer de les imiter.
Les Mondoblogueurs ont encore beaucoup de leurs secrets à partager avec vous. Il y en a qui le feront dans des billets à venir.

Restez branché !

BOBs 2013 : Alimou Sow « croit en sa victoire »

Le blogueur Alimou Sow

Le blogueur Alimou Sow

Le Mondoblogueur guinéen est en finale des Best of Blogs 2013 et compte sur votre vote dès maintenant !

Par Gaius Kowene et Mamady Keita, à Dakar

Jeune Guinéen âgé de 32 ans, Alimou Sow  est diplômé en Administration générale. Mais sa passion pour la communication et le journalisme l’emporte sur tout le reste. Il est blogueur indépendant et collaborateur des grands medias internationaux en Guinée Conakry (Canal +, Jeune Afrique, etc.). Cette année, Alimou Sow figure parmi les finalistes du Concours Best of Blogs, organisé par la radio allemande Deutsche Welle. Les premières statistiques font penser que son blog Ma Guinée Plurielle remportera le prix « Meilleur blog Français » en 2013.

Par ce blog, Alimou Sow raconte des aventures personnelles, les réalités de la société en Guinée et la culture guinéenne. Ceci permet au monde d’avoir une vue globale de la vie en Guinée dont les médias ne parlent que finalement très peu.

Surpris d’être finaliste

« Je ne sais pas qui a inscrit mon blog à ce concours, s’exclame-t-il. Je pense fort que ça doit être l’un de mes lecteurs ». Convaincu par le talent et le savoir-faire du jeune Guinéen, le jury international du concours a sélectionné son blog, le 3 avril dernier, parmi les finalistes de cette édition de BOBs 2013. Une surprise pour lui : « Un ami avait repéré que j’étais finaliste et a publié le lien sur Facebook. C’est comme ça que j’ai su que j’étais finaliste. J’étais à la fois surpris et content. »

Victoire à l’horizon

De plus en plus d’internautes le soutiennent et votent pour son blog Ma Guinée Plurielle dans la catégorie du Meilleur blog Français. 72 heures après le lancement du vote le 3 Avril dernier, il était à la 5ème place sur la liste des 10 finalistes. Le 9 avril en fin de matinée, il était en tête du classement avec 30 % des suffrages exprimés. Le deuxième après lui n’en a que 22. « Je crois en ma victoire, affirme-t-il avec assurance. Cela sera une fierté de sortir de ce petit trou et susciter de l’espoir dans la jeunesse. » En remportant ce concours, Alimou succéderait en plus à un autre Mondoblogueur, le camerounais Florian Ngimbis, sacré l’année dernière.

Le message d’Alimou Sow à tous les internautes, c’est de solliciter le maximum des votes possibles pour reconnaître son dur travail.

Comment voter

Pour voter le blog Ma Guinée Plurielle de Alimou Sow, rendez-vous sur la page d’accueil du concours BOBs. Cliquez sur l’icone de Facebook ou Twitter et connectez-vous.

Sélectionnez la catégorie Meilleur blog Français et choisissez dans la case en bas Ma Guinée Plurielle. Cliquez sur « voter maintenant » et partagez votre choix sur Facebook ou Twitter. Encouragez vos amis à faire de même et à diffuser cette information au maximum possible. Particularité de ce concours : il est possible de voter tous les jours, jusqu’au 7 mai 2013.

Le programme #MondoblogDakar 2013

Le blogueur Mauricien Stéphane Huët et le Congolais Gaius Kowene a Dakar en attendant la formation

Le blogueur Mauricien Stéphane Huët et le Congolais Gaius Kowene a Dakar en attendant la formation

Ils sont en tout 51 blogueurs : 39 de la deuxième saison et 12 de la première. Ils sont encadrés par l’équipe L’ Atelier des médias, l’émission de Radio France Internationale (RFI). Ils se retrouvent à Dakar, au Sénégal, du 6 au 14 avril, pour une formation qui durera une semaine. Cet événement est constitué d’ une série d’ateliers, des séances d’échange et des descentes sur le terrain. Certains sont déjà sur place et d’autres continuent à arriver. L’ambiance s’annonce chaude pour ces blogueurs de nationalités, âges et parcours différents.

Ce Dimanche 07 Avril 2013, les mondoblogueurs lauréats de la deuxième saison et leurs ainés de la première feront une excursion à l’ile de Gorée, à 4 km à l’Est de Dakar. En fin d’après midi, ils rentreront à l’Agence Universitaire Francophone, dans la capitale sénégalaise, pour une rencontre informelle et de présentations. Ce sera au Campus numérique.

Le lendemain, ils seront divisés en deux groupes (A et B). Le groupe A sera en cours au campus numérique pendant que le groupe B sera en reportage. L’après midi, on inverse les rôles. Ici s’ajoute la rencontre avec Benoit Thieulin et Cyriac Gbogou en fin d’après midi.

Le mardi, le même schémas se reproduit avec le cours sur les réseaux sociaux. La soirée sera consacrée au lancement de Ndakaaru et l’enregistrement de L’ Afrique enchantée qui sera diffusée le dimanche 14 avril de 17h à 18h (heure française) sur France Inter.

Le programme cours – reportage sera suivi jusqu’au jeudi. Ce sont les gens à rencontrer en soirée qui changent.

Le vendredi, l’enregistrement de l’émission Atelier des médias qui sera diffusé le Samedi sur RFI.

Le samedi, une module du journaliste Julien Pain, fondateur des Observateurs de France 24, avant la grande fête de clôture.

Le live tweet de toute cette semaines est à suivre avec le site officiel de Mondoblog @mondoblog avec le hashtage #MondoblogDakar et les comptes des Mondoblogueurs comme @gkowene, @kukulamp, @fanuet, @witterlims, @sk_serge, @ibohn2, @nathyandkangami, @sneibaa, @KonoKaba, @AphtalC, @Mycho, @Axelle971

Par Gaïus Kowene